Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Mike Pence confond le drapeau d’Israël avec celui du Nicaragua

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Mike Pence a fini par devenir ''l'envoyé'' de facto du président Trump auprès de la communauté juive américaine. Un rôle qui devrait être pris avec beaucoup d'attention car la moindre réaction à chaud à un événement pourrait être contre-productive.

Le ''Jour des Président,'' un jour férié aux États-Unis, la société qui gère le Chesed Shel Emeth a découvert le saccage ou la profanation de 154 pierres tombales dans ce cimetière juif historique qui est situé dans la banlieue de St-Louis dans l’État du Missouri. Pour aider à réparer ces pierres, deux Américains musulmans, Linda Sarsour et Tarek El-Messidi, ont fait appel aux dons de leurs compatriotes musulmans. Ils s’étaient fixé l’objectif de 20 000 dollars. Mais, en quelques heures, ils ont réussi à récolter presque cinq fois cette somme.

La bévue diplomatique du vice-président Mike Pence

Pour exprimer le soutien de son gouvernement à la communauté juive de St-Louis, le vice-président Pence s’est rendu sur le lieu du crime haineux. Plusieurs images publiées, entre autres, sur son compte Twitter le montrent notamment en train de mettre la main à la pâte, aux côtés de bénévoles arrivés sur les lieux pour aider à nettoyer le cimetière. Ce geste était une réponse à l’appel lancé dans ce sens par le gouverneur républicain de l’État à la population. D’ailleurs, une de ces images montre les deux hommes ensemble.

Le gouverneur Eric Greitens, lui-même juif, était ravi de la présence de Mike Pence à ses côtés. Mais, une partie des Américains juifs n’est pas satisfaite du gouvernement républicain en matière de lutte contre l’antisémitisme. Le long silence et plusieurs maladresses de Donald J. Trump à ce chapitre ne la rassurent pas. La déclaration lors d'un point de presse du porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer, à l'effet que les critiques du gouvernement en cette matière ne seraient jamais satisfaits n'est pas de nature à arranger les choses entre les deux parties.

Pour se rattraper, le président Trump a cette semaine condamné les actes antisémites. Mais, il n’a soufflé mot à propos de la profanation du cimetière historique juif de St-Louis; lui qui ne rate aucune occasion pour tweeter.

Son vice-président voulait tellement faire son possible pour faire taire les critiques de son gouvernement à ce chapitre qu’il a commis un double impair politique et diplomatique.

Dans un message publié sur son compte Twitter, M. Pence a affirmé que le ''soutien de son gouvernement au peuple juif dépasse les frontières américaines.'' Avec le président actuel, ''le monde verra que les États-Unis soutient Israël,'' a-t-il ajouté. Une affirmation qui va à l’encontre de la réalité des relations entre les gouvernements précédents et l’État hébreu. Le monde n’a pas besoin du gouvernement actuel pour se rendre compte du soutien inconditionnel américain des politiques israéliennes.

Mais, si on peut mettre cette affirmation sur le dos de la rhétorique d’un gouvernement jugé mou face à l’antisémitisme à domicile, un fait est très troublant. Il concerne la question des connaissances minimales de Mike Pence à propos d’Israël. Comment a-t-il fait, à deux reprises, le vendredi, pour confondre le drapeau du pays dont il se dit pourtant un défenseur acharné, en l’occurrence l’État hébreu, avec celui d’un autre pays? Pourtant le drapeau du Nicaragua est très différent de celui d’Israël. Alors que celui-ci est orné en son centre d’une étoile de David, celui-là d’un triangle équilatéral qui représente l’égalité.

Cette confusion des drapeaux israélien et nicaraguayen a fait les choux gras sur les réseaux sociaux.

Devant le tollé suscité par cette bévue, les deux tweets en question ont été purement et simplement supprimés du compte. Mais, c’était trop tard pour faire oublier l’incident.

***

Avec la nature des relations stratégiques entre Israël et les États-Unis, un vieux routier de la politique américaine comme lui aurait dû, sans l’aide de quiconque, savoir au moins de quoi a l’air le drapeau de l’État hébreu. Mike Pence ferait mieux de méditer cette bévue pour éviter à l'avenir de réagir à chaud à un événement avant de prendre les précautions qui s'imposent. Les membres d'une équipe sont là pour cela. Autrement, il ira d'embarras  en embarras et perdra l'estime que des Républicains ont pour lui.

26 février 2017



** Mike Pense met la main à la pâte au cimetière historique juif. Crédit de l'image: le compte Twitter du vice président


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Le monde de Donald J. Trump
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter