Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Attentat à Québec: Québec se recueille sur ses morts

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Parce qu’ils étaient des musulmans, ils ont payé de leurs vies le prix de la haine de l’identitaire de droite Alexandre Bissonnette pour l'islam. Ce massacre a suscité le dégoût de la population, sa sympathie pour les victimes innocentes et sa solidarité avec leurs familles et avec les Québécois musulmans en général.

L’attentat survenu le soir du dimanche 29 janvier dans le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) a fait six morts et cinq blessés graves. Il a causé un choc énorme dans la Capitale-Nationale et dans le reste du Canada. Au niveau fédéral, les condamnations du geste de l’assaillant et les marques de solidarité et de sympathie avec ses victimes et leurs familles ont fusé. Même type de réaction au niveau du gouvernement québécois et de la ville de Québec. Une réaction partagée également par la population.

Onde de choc à Ottawa et à Québec

A la chambre des Communes, le lundi 30 janvier était la journée de reprise des travaux parlementaires. L’attentat terroriste survenu la veille dans la mosquée de Ste-Foy a bouleversé les plans et l’agenda des différents chefs de partis. Ils ont pris acte de la gravité de ce qui s’était passé, quelques heures auparavant, dans la capitale québécoise. Ils ont dans ce contexte pris à tour de rôle la parole pour s’exprimer sur la tragédie.

Le premier ministre Justin Trudeau a qualifié l’attaque de la mosquée de Ste-Foy d’''acte terroriste'': ''Il s'agit d'un acte terroriste.'' ''Ces personnes ont été visées uniquement parce qu'elles pratiquaient leur religion'' a-t-il dit. À ses yeux, ''C'est une attaque contre les valeurs les plus profondes et les plus chers aux Canadiens: l'ouverture, la diversité et la liberté de religion.'' À propos des victimes de l’attentat, il a déclaré: ''C'étaient des frères, des oncles, des pères, des amis. (…) C'étaient nos concitoyens, des Canadiens ordinaires.'' Pour rassurer les musulmans du pays, il a ajouté: ''Nous sommes avec vous, 36 millions de Canadiens ont aussi le cœur brisé. Et sachez que nous tenons à vous. Vous apportez une contribution inestimable au pays que nous partageons. Vous êtes ici chez vous. L'horrible crime hier soir contre la communauté musulmane est un acte terroriste contre le Canada et contre tous les Canadiens. On va pleurer ensemble. On va se défendre et sera toujours avec vous. Les Canadiens ne vont pas se laisser intimider.''

La chef intérimaire du Parti conservateur, Rona Ambrose, a elle aussi exprimé son horreur et sa tristesse pour ce qui est arrivé à une ville ''chaleureuse et accueillante, l'une des villes les plus accueillantes, l'une des villes les plus sécuritaires du Canada.''

Le chef néodémocrate Thomas Mulcair a fait de même. Il a déclaré: ''À nos frères et sœurs musulmans: nous partageons votre deuil, nous prions avec vous et nous promettons que nous resterons unis pour lutter contre la haine, l'intolérance et l'islamophobie, et contre ceux qui propagent des politiques de peur et de division. Aujourd'hui, les gens ne se sentent pas en sécurité dans leur lieu de culte, ils ne se sentent pas en sécurité dans nos communautés, et nous ne pouvons pas accepter cela. Ce n'est pas le Canada auquel nous croyons. Ce n'est pas le genre de société dans laquelle on veut vivre. Le Canada est un pays de diversité, de paix et d'inclusion. Nous ne pouvons pas tolérer la haine et la violence, et nous ne le ferons pas.''

A Québec, quelques heures seulement après l’attentat, le drapeau du Québec a été mis en berne à l’Assemblée nationale. L’Université Laval et plusieurs municipalités québécoises ont elles aussi baissé leurs bannières. Le premier ministre Philippe Couillard, son ministre de la sécurité publique, Martin Coiteux, et le maire de Québec, Régis Labeaume, ont tenu un point de presse à 1 heure 45 minutes du matin. MM. Couillard et Labeaume ont tenu d’autres points de presse durant le même jour et les jours suivants pour rassurer la population en général et les musulmans en particulier.

Selon M. Couillard, ce qui s’est passé au Centre islamique de Québec est un ''événement marquant: il y aura un avant et un après'' pour le Québec. Son gouvernement envisage d’aider finacièrement les familles des victimes. Il a demandé aux forces policières à travers la province de renforcer la surveillance autour des lieux de culte.

Dans la matinée du même jour, le maire Labeaume, le premier ministre, plusieurs ministres et députés provinciaux et fédéraux de différentes allégeances politiques ont rencontré à l’Hôtel de ville des représentants de la communauté musulmane, à savoir Mohamed Labidi, vice-président du CCIQ, Salah Benrgig, membre de l'Association Mosquée de la capitale et de l’Association Bel Agir, Boufeldjah Benabdallah et Raja Doukkar. Ces quatre musulmans ont exprimé leur peine: ''Six de nos frères qu’on connaissait hier, qui étaient avec nous, que je voyais et qui priaient à côté de moi main dans la main (…) ont été assassinés dans le dos,'' a déclaré M. Benabdallah. ''Ayez tous une pensée pour ces gens, pour les enfants et pour les femmes,'' a-t-il ajouté.

Ces représentants ont également fait remarquer que cela fait des années que les musulmans sont objet d’actes hostiles pour leur foi. Ils ont aussi fait quelques demandes aux différents paliers de gouvernement. Malgré leur forte douleur, ils ont exprimé en chœur  leur espoir et leur gratitude pour les différentes marques d’amour, de sympathie et de solidarité exprimées par la classe politique et la population en général: ''Nous sommes très touchés par cette solidarité, ça fait chaud au cœur et ça diminue notre chagrin,'' a déclaré M. Labidi. M. Benabdallah a abondé dans le même sens: ''Il n’y a pas de mots non plus pour exprimer toute cette solidarité (…) qui nous réconforte à l’effet qu’on nous reconnaît comme des citoyens à part entière.''

Les membres de la classe politique étaient là pour leur témoigner ainsi qu’à tous les Québécois musulmans, encore une fois, leur sympathie et leur solidarité ainsi que de celles du pays, les rassurer et prendre acte des besoins de leur communauté pour éviter que ce reproduise ce qui est arrivé le dimanche dernier.

Le maire de Québec a pris la parole. Il était visiblement très ému. Il leur a déclaré que ''ce n'est pas seulement la communauté musulmane qui a été touchée, mais tous les Québécois.'' Des paroles fortes et qui ont, à coup sûr, fait chaud aux cœurs des musulmans de tout le Québec. Il a également dénoncé ''ceux et celles qui s’enrichissent avec la haine. Il s’est engagé à tout faire pour aider les musulmans de sa ville. La nouvelle chef de Démocratie Québec, parti de l’opposition à l’Hôtel de ville, Anne Guerette, s’est, entre autres, dite ''bouleversée'' par la tragédie.

Entouré de ses députés, le chef de la CAQ, François Legault, a, pour sa part, déclaré éprouver: ''une profonde tristesse pour toutes les familles touchées par l’horrible attentat d’hier à Québec.''

Le mardi 31 janvier, le maire de Québec a rencontré des responsables du CCIQ pour faire le point sur les besoins de la communauté musulmane. L’occasion d’aborder les questions d’aide financière aux familles endeuillées, la sécurité des lieux de culte et l’intégration des musulmans par le biais de l’emploi. M. Labeaume a fait là preuve d’ouverture.

Veillée aux chandelles à Québec en hommage aux victimes

Comme on vient de le voir, l’onde de choc a secoué le Québec dans son entier et a traversé le reste du pays d’un océan à l’autre. C'est pourquoi des citoyens de la Capitale-Nationale ont lancé un appel à tous pour se recueillir, le lundi soir, à partir de 17 heures, à la mémoire des victimes de l’attentat et pour exprimer sympathie et soutien aux Québécois musulmans. Quelques heures plus tard, des milliers de personnes ont convergé de manière spontanée vers l'arrière de l'ancienne église Notre-Dame-de-Foy, tout près du CCIQ, lieu du massacre. C’était surtout des jeunes et des familles qui avaient bravé le froid.

Ces milliers d’anonymes étaient là. Ils faisaient leur deuil. La consigne de silence était tellement suivie qu’on pouvait entendre le chuchotement qu’on il y en avait. On voyait les larmes couler sur des joues. On sentait la gravité du moment et leur empathie envers les victimes. Ils étaient munis de bougies, de pancartes d’amour et de solidarité avec les Québécois musulmans. Quand on brisait le silence, c’était pour applaudir les orateurs une fois leurs discours terminés.

Ont également pris part à cette vigile des représentants de la communauté musulmane, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, le maire de Québec, Régis Labeaume, et leurs épouses, les chefs des partis représentés à la chambre des Communes et à l’Assemblée nationale, la conservatrice Rona Ambrose, le néodémocrate Thomas Mulcair, le péquiste Jean-François Lisée et le caquiste François Legault, et bien d’autres membres de la classe politique des trois niveaux de palier gouvernemental.

Les organisateurs de la vigile ont au début expliqué aux participants le déroulement de la veillée funèbre. Les premiers ministres Trudeau et Couillard, le maire Labeaume et des musulmans ont été parmi les personnes qui avaient pris la parole. Le ton était grave et les propos courts, touchants et emprunts d’empathie.

Tous ont abordé la question clé de l’impact des mots utilisés dans le débat public, les médias et les réseaux sociaux et comment ils peuvent contribuer à la stigmatisation des musulmans et à la légitimation a priori de la violence contre eux par des gens radicalisés, entre autres, par l’exposition au discours islamophobe. Pour M. Trudeau, les mots que l’on prononce ne sont pas des propos qu’on lance comme ça dans l’air ou qu’ils sont sans conséquence. Pour M. Couillard, il y aura un avant et un après le 29 janvier. Même réflexion chez un Labeaume qui a exprimé le souhait que le massacre du CCIQ serve au moins à ''rejeter, par exemple, ceux et celles qui s'enrichissent avec la haine.'' Allusion faite à tous ces marchands de l’islamophobie, des commentateurs et des animateurs d’émissions, qui ont pris l’habitude de stigmatiser les musulmans et de dépeindre d’eux un portrait peu reluisant.

Les différents dignitaires se sont également servis de cette veillée pour restituer l’humanité des six disparus et ont rappelé aux présents et à l’ensemble d’un pays qui suivait la cérémonie que ces hommes étaient des époux, des pères de familles et des citoyens qui contribuaient à l’essor du pays et à sa richesse comme collectivité. Leurs messages étaient simples, clairs, percutants et emprunts d’empathie.

Un des musulmans présents a pris la parole et a demandé aux autres musulmans de prier pour le repos éternel des disparus et le prompt rétablissement des blessés. Le silence respectueux enveloppait la foule pendant ces instants forts.

Après la fin des discours et de la prière musulmane, la marée humaine a fait une marche silencieuse en direction du lieu du massacre de la veille. Il y avait tellement de marcheurs qu’on ne pouvait voir à l’œil nu ni la tête ni la queue de la marche. On voyait plein de mamans qui poussaient des poussettes où il y avait au moins un bébé et des papas avec de très jeunes enfants sur les épaules. L’ambiance était très bonne. Les gens étaient visiblement contents d’être là. Ils s’échangeaient regards et sourires complices. Une fois arrivés tout près du Centre islamique, ils ont déposé des centaines de bougies et de fleurs.

***

Cette veillée a mis du baume au cœur des Québécois musulmans. Elle leur a montré que le discours véhiculé par une frange islamophobe dans plusieurs journaux, radios et chaînes de télévision n’est pas partagé par tous les Québécois. Elle leur a également permis de se sentir enfin membres de la famille. Autre élément positif de cet événement d’importance: on a enfin pris conscience du danger potentiel du discours islamophobe. Si des islamophobes faisaient jusqu’au 29 janvier passer leur discours de stigmatisation des musulmans pour de la liberté d’expression, la population de Québec et du reste du pays a vu à quelle tragédie peut mener l’intoxication à ce discours de gens radicalisés. La question maintenant est de savoir si ces médias qui avaient pris l'habitude de servir de relais pour le discours islamophobe continueront comme si de rien n’était où au contraire ils s’en distancieront. Les jours, les semaines et les mois à venir seront éclairants là-dessus.

1er février 2017



** Les premiers ministres du Canada et du Québec, le maire de Québec Labeaume et leurs épouses à la vigile de Québec du 31 janvier 2017. Crédit de l'image: le compte Twitter de Philippe Couillard.


Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 1 réaction.

Poster une réaction
Toute Solidarite avec les victimes
par Siham le 6 février 2017

Hats off to Canada as it stands blindly as does lady justice, against all acts of terrorism no matter who commits them and no matter who the targetted population is.

Poster une réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

La Chronique de Aziz Enhaili, rédacteur en chef de Tolerance.ca
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter