Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

ONU: Rétorsion financière d’Israël en représailles à la résolution 2334

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Un consens international s'est consolidé au sujet du conflit israélo-palestinien: la colonisation israélienne des territoires palestiniens est illégale et représente un obstacle majeur à la solution des deux États. Une appréciation qui ne plaît pas à Israël.

La résolution 2334 n'est pas contraignante pour l'État hébreu. Elle qualifie d'illégales les colonies israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est et appelle la "communauté internationale" à faire la distinction entre les produits en provenance d’Israël et ceux des territoires palestiniens occupés, avec la ligne verte comme ligne de démarcation. Au lieu d'entendre les appels de l'Israélien Netanyahou et du président élu Donald Trump pour qu'elle utilise son veto, la Maison Blanche a préféré s'abstenir, le 23 novembre, permettant aux quatorze autres membres du Conseil de sécurité des Nations unies de la faire adopter. Suscitant la colère de l’État hébreu, du Congrès américain et de M. Trump.

Israël réduit sa contribution financière à la caisse de l’ONU

Quelques heures seulement après l’adoption de la résolution 2334, Benyamin Netanyahou a ordonné à son gouvernement de prendre "une série de mesures diplomatiques," en guise de représailles.

Le vendredi 6 janvier, on a appris qu’il compte amputer sa contribution financière pour l’année 2017 au budget des Nations unies de six millions de dollars américains (Reuters, 6 janvier).

Pour justifier la décision de son pays, l’ambassadeur israélien a accusé les Nations unies de parrainer et de financer des "organisations anti-israéliennes," et "dont le seul but est l'incitation à la haine et la propagande anti-israélienne," sic. Pour que son pays revienne à de bons sentiments à l’endroit de l’organisation internationale, il l’a invité à changer les choses en son sein "de manière radicale" pour qu’elle "puisse servir les intérêts pour lesquels elle a été fondée, et qu'elle cesse d'être une plate-forme visant à ridiculiser Israël de manière obsessive."

La charge de l’ambassadeur Danon contre l’ONU rappelle les accusations traditionnelles de la droite israélienne et des milieux conservateurs américains. Elle montre également combien son gouvernement est en colère à cause de la résolution 2334. Aussi, c’est de bonne guerre…

Sur une contribution annuelle totale de 40 millions de dollars américains aux Nations unies, Israël va donc couper 6 millions. Une goutte d’eau en somme dans l’océan d’un budget ordinaire de 5,5 milliards dollars, selon les chiffres datés du 27 décembre 2013 (Voir le site de l’ONU).

Les organisations qui seront touchées par la réduction israélienne sont au nombre de cinq: l’Agence onusienne pour les réfugiés palestiniens, la Division des droits des Palestiniens du Département des affaires politiques (qui fournit un appui fonctionnel au Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien), le Comité spécial des Nations Unies chargé d'enquêter sur les pratiques israéliennes affectant les droits de l'homme du peuple palestinien et le Programme d’information sur "la Question de la Palestine."

L’ambassadeur Danon a mis en garde les Nations unies à l’effet que cette réduction de la contribution de son pays n’est que le début d’une série de mesures de rétorsion à la résolution 2334. D’autres mesures devront donc suivre si les choses ne changent pas à la faveur du point de vue israélien.

***

Le chef du gouvernement israélien a demandé à son ministère des affaires étrangères de prendre des mesures de rétorsion à la résolution 2334. Il a eu ce qu’il voulait. Cinq organismes parrainés par les Nations unies au service du peuple palestinien en ont écopé. Avec les changements récents à Washington, un pro-Israël inconditionnel à la Maison Blanche et un Congrès contrôlé par des Républicains méfiants par tradition vis-à-vis de l’ONU, la question est de savoir si la nouvelle administration va réduire sa contribution au budget de l’organisation internationale ou si elle va se contenter de limiter cela à certains organismes onusiens.

8 janvier 2017



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

La Chronique de Aziz Enhaili, rédacteur en chef de Tolerance.ca
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter