Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Les vœux sarcastiques pour la nouvelle année de Donald Trump

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Ne dit-on pas: ''le style, c’est l’homme!''? Ce n’est pas Donald J. T rump qui va dire le contraire. Les vœux de la nouvelle année lui ont fourni une occasion de plus de l’illustrer.

Le Républicain Donald J. Trump avait mené une campagne électorale sale pour diviser ses adversaires et remporter la Maison Blanche. Une fois déclaré élu, le soir du 8 novembre dernier, il a promis d’être le président de tous les Américains. Une autre promesse brisée. Cette fois, la veille de la nouvelle année.

Narguer l’adversaire

Le jour de fin d’année est d’habitude le moment que l’on choisit souvent pour faire la rétrospective de l’année qui se termine et qu’on se tourne déjà vers l’année qui sera là quelques heures plus tard. C’est aussi le moment où l’on souhaite ses meilleurs vœux à la famille et aux amis.

Le samedi 31 décembre 2016, le président élu a utilisé son compte Twitter pour le faire, mais à sa manière. Il a présenté ses vœux de la nouvelle année à tous, y compris à ses "nombreux ennemis," mais sans les nommer: "Bonne année à tous, même à mes nombreux ennemis et ceux qui m'ont combattu et perdu si largement qu'ils ne savent plus quoi faire. Amour!" (Happy New Year to all, including to my many enemies and those who have fought me and lost so badly they just don't know what to do. Love!). Ce message a suscité 82 mille réactions. Il a également été partagé 143 632 fois et a récolté 351 378 j’aime.

Donald Trump n’a donc pas pu s’empêcher de narguer "l’ennemi" et de tourner le couteau dans la plaie, c’est-à-dire là où ça fait vraiment mal aux démocrates et à leur candidate malheureuse Hillary Clinton.

Mais, ce n’est pas M. Trump détourne les vœux d’une occasion festive pour régler des comptes à des adversaires. A titre d’exemple, il avait, le 27 novembre 2013, présenté ses vœux pour la fête du Thanksgiving à tout le monde, y compris à ceux qui le haïssent et aux perdants: "Happy Thanksgiving to all--even the haters and losers!" À l’époque, il n’était pas encore candidat à l’investiture du Parti républicain. Si son message avait été partagé 58 492 fois et a récolté 55 094 j’aime, cela en dit long sur la popularité du média de télévision où il se produisait.

***

Le message de vœux pour la nouvelle année du Républicain est tombé à trois semaines de son investiture comme nouveau président des États-Unis. Il montre que le devoir de réserve n’est pas son truc et surtout qu’il n’a pas l’intention de renoncer à utiliser son compte Twitter.

8 janvier 2017



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Le monde de Donald J. Trump
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter