Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Le Gouverneur général Johnston représentera le Canada aux funérailles de Fidel Castro

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Fidel Castro était un autocrate. La complexité de l'oeuvre de cet homme du 20e siècle complique la tâche de tout dirigeant démocrate qui aimerait lui rendre hommage, mais sans le caricaturer ou trahir ses propres idéaux. Justin Trudeau s’en est certainement bien rendu compte.

Le premier ministre du Canada se trouvait la semaine dernière à Antananarivo, capitale du Madagascar, pour participer aux travaux du 16e Sommet de la Francophonie. Cette conférence des chefs d’État et de gouvernement des pays ayant le français en partage s’est déroulée du 26 au 27 novembre. Justin Trudeau a cru bon de réagir à chaud à la nouvelle du décès du père de la révolution cubaine survenu la veille de l’ouverture des travaux du sommet francophone.

Justin Trudeau n'ira pas aux funérailles de Fidel Castro

Dans un communiqué publié le samedi 26 novembre par son bureau, le premier ministre a fait un éloge appuyé du "el Comandante." Il l’a qualifié de "leader plus grand que nature," de "leader remarquable" et de "Révolutionnaire et orateur légendaire." Il a également fait l’éloge de son dévouement au service du développement de son pays. Il a aussi rappelé les liens qui existaient entre son propre père, Pierre Elliott, et le défunt. Tout en disant enfin sa tristesse pour la disparition de Fidel Castro, il a rappelé avoir rencontré ses trois fils et son frère Raul, le président de l’île tropicale.

Il se peut que M. Trudeau ait cru pouvoir se tirer d’affaire au Canada en qualifiant le disparu de "figure controversée." Mais, c’était mal évaluer le retentissement de sa déclaration au pays et dans le reste du monde, à commencer par le puissant voisin méridional qui vient d’élire un président républicain qui a menacé durant la campagne électorale d’annuler l’accord de normalisation des relations de son pays avec Cuba. Sans oublier le grand écart fait devant des chefs d'État et de gouvernement qui l'écoutaient à Antananarivo faire l'éloge de l'oeuvre d'un ancien dictateur tout en plaidant en faveur du respect des droits humains chez eux.

Avant même de rentrer au pays, M. Trudeau a essuyé plusieurs critiques. On l’a trouvé très complaisant avec l’ancien dictateur cubain. La chef intérimaire de l’opposition officielle à la chambre des Communes, la conservatrice Rona Ambrose, a réservé ses "pensées et prières au peuple cubain qui continue à subir le long régime oppressif de Castro" et non à la famille du défunt. Ce message a été retwitté 42 fois et a récolté 75 likes. Jason Kenney, son ancien collègue du gouvernement Harper, a déclaré sur Twitter que quelqu'un comme #fidelcastro le rendait fier d’être conservateur. La candidate à la chefferie du même parti, ancienne ministre et députée de Milton Lisa Raitt s’est moquée du chef libéral pour avoir pleuré le défunt Castro. La députée de Calgary Nose Hill Michelle Rempel a pour sa part publié sur Twitter trois messages sur cette affaire. Elle n'a pas apprécié la manière de réagir du premier ministre à cette question. Elle s’est également demandé s’il fallait que lui ou le Gouverneur général ''assiste aux funérailles d’un despote.'' Au Québec, le député de la Beauce, plusieurs fois ministre et lui aussi candidat à cette même chefferie Maxime Bernier a, à l'antenne de l’émission d’avant-hier de Michel C. Auger à Radio-Canada, critiqué à son tour l’éloge de M. Trudeau et déclaré qu’il était contre sa participation aux funérailles de Fidel Castro, avant d'apprendre, avec satisfaction, que le premier ministre n'ira finalement pas à La Havane.

Au Sud de la frontière canadienne, deux sénateurs américains d’origine cubaine et tous deux étaient candidats aux primaires républicaines de cet été, ont eux aussi critiqué Justin Trudeau. Le sénateur ultra conservateur du Texas Ted Cruz a qualifié sur Tweeter sa déclaration de "disgracieuse," avant de se demander, sur un ton indigné, "pourquoi de jeunes socialistes idéalisent des tyrans totalitaires? Casto, Staline, Mao, Pol Pot, des êtres maléfiques, tortionnaires et meurtriers." Ce message a reçu 9584 likes et a été repartagé 6074 fois. Que le natif de Calgary soit horrifié par l’éloge de dictateurs, cela peut se comprendre, mais de là à insinuer que le chef libéral est un socialiste, cela trahit sa méconnaissance de la carte idéologique canadienne.

Le sénateur de Floride Marco Rubio a, pour sa part, qualifié sur Twitter le message de condoléances de M. Trudeau de "honteux" et d’"embarrassant." Ce message a été partagé 17 161 fois et a récolté 25 674 likes.

Mais, tous au pays n'étaient pas de l'avis de l'élite conservatrice. Plusieurs Canadiens ont utilisé Twitter pour le faire savoir. Ils ont salué le message de Justin Trudeau comme celui du fils de son père. C'est dire la diversité d'appréciation canadienne de l'oeuvre du disparu.

Devant les réactions très négatives à son message élogieux du défunt dictateur cubain, Justin Trudeau a dû prendre la mesure de l’erreur de son dosage. Il fallait donc essayer de calmer cette grogne sur les réseaux sociaux. Cela a été fait en deux temps. Il a d’abord admis du bout des lèvres un fait incontestable, que Fidel Castro était un dictateur. Plus important encore: il a renoncé à aller à Cuba pour les funérailles de l’ancien ami de son père. Il sera quand même représenté par le gouverneur général Johnston. Une démarche se voulant d’apaisement. Mais, la députée Rempel n’a pas apprécié le fait qu’il fasse appel au chef de l’État canadien pour le représenter à La Havane. La sénatrice conservatrice Linda Frum a pour sa part conseillé au Gouverneur général d’envoyer au gouvernement de Cuba une simple lettre de condoléances et d’éviter d’y aller. Mais, elle devait savoir que son vœu ne pourrait être exaucé.

Des mots pour le dire

Fidel Castro est un homme du XXe siècle. Son exceptionnelle longévité politique et ses états de service dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la recherche scientifique lui ont fait gagner l’admiration de plusieurs à travers le monde. Sa maîtrise de plusieurs codes de communication lui a permis de subjuguer d’importants intellectuels occidentaux en mal de romantisme révolutionnaire. Mais, cette image savamment travaillé ne reflétait pas toute la réalité de l’entreprise de Fidel Castro. Sa dictature n’avait épargné à son propre peuple ni brutalité ni violation de ses libertés et de ses droits. Cela lui a aliéné plusieurs aux quatre coins de la planète.

En raison de ce double héritage de Fidel Castro et des liens d'amitié qui liaient son propre père à lui, il n’était pas aisé pour le premier ministre Trudeau de réagir à chaud à la nouvelle de son décès sans courir le risque de déplaire à au moins une partie de ses compatriotes. Malgré la complexité de l’exercice, il fallait trouver les mots justes et le ton approprié dans un tel contexte. Cela aurait permis de dire l’heure juste, tout en restant en accord avec les idéaux dont il se réclame.

***

La réaction à chaud de Justin Trudeau à la nouvelle de la disparition de Fidel Castro a mécontenté les conservateurs au Canada et aux États-Unis. Mais, si l'annonce de sa non participation à ses funérailles a dû réjouir une partie d'entre eux, l'annonce de son bureau de l'envoi à La Havane du Gouverneur général du Canada pour le représenter à cette occasion n'a pas plu à d'autres conservateurs.

1er décembre 2016



Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 1 réaction.

Poster une réaction
Système électorale à Cuba
par Daniel Gingras le 14 mai 2017

Je désire vous faire part du système électorale de Cuba que jai trouvé dans wikipédia

L'inscription sur les listes électorales est universelle et gratuite pour tous les Cubains âgés de 16 ans révolus, et disposant de leurs droits civiques (les personnes souffrant d'une maladie mentale et les condamnés ne peuvent pas voter)5.

Il existe trois types d'élections au suffrage universel : les élections municipales, les élections provinciales, et les élections législatives. Théoriquement, à aucun moment de ces élections le Parti communiste n'a le droit de désigner lui-même des candidats6 ; dans les faits, l'ensemble des candidats sont issus du PCC7. Les personnes autorisées à participer aux scrutins sont sélectionnées par la Commission nationale de candidature, qui est composée de membres de la Centrale des travailleurs de Cuba (CTC), de la Fédération des femmes cubaines (FMC) et des Comités de défense de la Révolution (CDR) (trois organisations contrôlés par le Parti communiste cubain)8. La CNC effectue ses choix sur la base de critères comme l'« éthique » et le « patriotisme » des candidats, et leur « histoire révolutionnaire »9.

Il est interdit aux candidats aux trois paliers de gouvernement de mener campagne pour leur propre compte10 et les élections ne sont l'objet d'aucun enjeu7; seules les biographies des candidats sont affichées par les Commissions électorales aux endroits publics10,11. Selon Olivier Dabène, chercheur au Centre d’études et de recherches internationales, il s'agit d'«un exercice de démocratie sans pluralisme7».

Les élections à l'Assemblée municipale ont lieu tous les deux ans et demi dans chacune des 169 communes. Chacune des communes est divisée en 30 à 200 circonscriptions selon le nombre d'habitants; chacune envoie un ou deux délégués à l'Assemblée municipale12. La loi impose depuis 1992 qu'il y ait au moins deux candidats pour chaque siège à combler à l'Assemblée municipale. Les Comités de défense de la révolution (CDR) convoquent les assemblées d'investiture où les candidats sont désignés par les électeurs à main levée8.

Les Assemblées municipales désignent la moitié des candidats aux élections provinciales ; les Assemblées provinciales désignent elles-mêmes la moitié des candidats aux élections législatives. La Commission nationale de candidature désigne les autres candidats aux élections provinciales et législatives parmi des personnalités issues du sport, de la culture, de la science, etc13.,6. En tout, un seul candidat est proposé par siège à pourvoir8. La liste est ensuite transmise à l'Assemblée municipale, qui doit valider chacune des candidatures. Si l'un des noms est refusé, la Commission des candidatures doit proposer une autre personne. Tous les candidats sont ensuite présentés à la population[réf. nécessaire].

Ensuite a lieu le scrutin proprement dit, qui se fait au suffrage universel direct à majorité absolue (50% + 1). Traditionnellement, les urnes sont gardées par les enfants des écoles, et le dépouillement est public[réf. nécessaire]. Les électeurs peuvent approuver un groupe de candidats - 2 à 5 - se présentant pour un nombre identique de sièges dans leur circonscription8. Ils peuvent voter pour un seul candidat, pour plusieurs ou pour aucun14. Les électeurs peuvent aussi mettre une croix dans le cercle central de leur bulletin de vote pour approuver tous les candidats, ce qui est encouragé par la propagande électorale8.

À l'issue des élections générales, les 1 200 délégués des 14 Assemblées provinciales et les 609 députés de l'Assemblée nationale sont renouvelés.

En conclusion il y a une démocratie a Cuba mais cette dernière est de type de de type gestion participative. Il y a diffents style de leadership: Autocratique qui se veut plus positif que dictateur. autocratique démocratique, démocratique autocratique et de gestion participative.  Il y a aussi un membre qui a été recruté et qui se veut associé au parti Rhinocéros

Castro a combattu Batista qui se voulait trop en lien avec les Etats-Unis.  Il est évident que tout comme la révolution française, la révolution Etatsuniennes, la révolution russe, la révolution chinoise le changement de pouvoir s'est fait par une lettre armée.  Mais à cette époque scela se faisit comme cela.  C'est le drame, d'ailleurs.  Ce qui a eu pour conséquence de vivre un embargo jusqu'à ce que le pape François, chef de l'État du Vatican agissent  comme médiateur avec Raul Castro et Barak Obama.  Ce qui initia un processus de réconciliation dans les relations entre Cuba et Les Étas-Unis et qui semble menacé par l'arrivée de Donald Trump.

Il ya trois manières de résoudre les conflits que ce soit: individuellement ou collectivement et cela se veut les ententes, la médiation et les tribunaux

Les citoyens et citoyennes vivent une opression causé par une violence institutionnalisé qui se veut insoutenable ce qui fait qu'il y a un dysfonctionnement dans les relations entre les citoyens et citoyennes et le gouvernement et cela engendre une escalade négative provoquant de l'anxiété, de la perturbation, de la destruction, de la dangerosité et parfois des comportement léthal.  Il est évident que cela est négatif.  

Car nous sommes supposés vivre des relations humaines positives qui sont basé sur l'amour, le respect, la joie, le bonheur et respectueux des libertés individuelles et collectives.  Mais le manque d'écoute et de dialogue dans les relations politiques sont un peu à la base de ce dysfoctionnement.  Normalement un changement de gouverment doit de faire, pacifiquement et démocratiquement, 

Les deux modèles soit  capitaliste et socialiste ont été vivement critiqué par Che Guevarra qui je pense a été linstigateur du modèle de santé et d'éducation qui a inspiré le gouvernement cubain.

Néamoins le gouvernement cubain a su développer un modèle de santé qui est, aujourd'hui, reconnu comme étant le meilleur système de santé au monde par les Nations-Unies.

Je me plais à penser qu'aujourd'hui les luttes armées ne sont plus nécessaires car elles représentent une atteinte à la déclaration universelle des droits de l'homme que jaimerais qu'elle soit amendée  pour les droit des personnes humaines et de l'environnement, acause de l'égalité homme-femme et qui sont complémentaires pour être capable de créés des enfants ce qui nous permet d'assurer la continuité de la famille humaine indépendamment des ses origines, et cela en tout respect des autres cultures et religions.

Aujourd'hui, Cuba est impliqué dans aucune guerre et fait que de la coopération international et il a le plus haut d'instruction, des cours de danse se font dans les écoles et ils ont même offert de l'aide médicale et aux autres pays comme ils l'ont fait avec les Etats-Unis. 

 

Je souhaite sincèrement qu'israel en arrivent à une entente afin que la guerre cesse car cela met la vie de tous et toutes en insécuritéet menace notre santé.

Quand on parle de souffrances humaines, Cela a laissé des traces. Je pars du principes que nul n'est parfait et que nous devons chercher à nous parfaire d'abord en gardant le doute sur nos pensées afin que ces dernières ne soient dogmatiques. Il en est tout autant dans nos actions.

Il faut reconnaître nos erreurs, établir un dialogue de réconciliation ensuite on peut pardonner ce qui signifie que nous avons rétabli le dialogue et que nous sommes capable de communiquer les uns avec les autres même si un ou l'autre à une opinion contraire.

Le tout est de faire preuve d'écoute et pour cela il faut de l'amour inconditionnel ce qui se manifeste par le respect de la personne avec laquelle il y a interaction.

ce qui fait naître la ou les peurs ce sont les manipulation, la désinformation d'imposer à l'autre notre pensée ou encore de harceler, de menacer, d'intimider ou d'agir en utilisant la violence qu'elle soit physique ou psychologique,

En analyse transactionnelle,

il est exprimé que les parents libre font des enfants libre est un enfant a qui l'on permet de s'exprimer librement ce qui fait qu'elle peut exprimer sans crainte de se faire rabrouer. cela aide à développer son regard critique. Basé sur l'écoute et le dialogue.

De parents critiques risquent d'avoir des enfants rebelles

Un enfant qui se veut rebelle est un enfant qui ne fait pas confiance à l'autorité car la relation est source de souffrance 
car elle a pas grand chance de s'exprimer. Souvent cela s'exprime par la peur de la violence et de la souffrance qui en découlera et il se veut plus fermer.

Un enfants au départ, à un potentiel et par les relations parentales. amicales, sociales et professionnelles, il devient avec le temps adulte

Le relations relations entre adulte sont plus facile lorsqu'il y a écoute et dialogue.

Il est pas étonnant que les Mohawks ont refusé l'aide des militaires en cette période de crise en exprimant qu'il avait pas confiance.

Il nous faut savoir accepter la différence et chercher ensemble les ressemblances et dialoguer en toute sincérité, transparence sans avoir d'intention secrète.

ce qui fera que cette communication peut se faire perdant perdant

Quand on interagit il ne faut pas non plus avoir d'intentions secrètes de mal faire ou de faire accepter son point de vue contre son gré mais cherche ensemble les pistes de solutions dans le but d'arriver à une entente gagnant -gagnant

en grand groupe, il en est de même il y a des pistes de solution qui peuvent émaner et qui peuvent être très différentes.

En créativité, il est fortement conseiller de faire preuve d'ouverture en sachant qu'au départ que toutes les idées sont bonnes certaines sont applicables dans l'immédiat, d'autres sont à retravailler, d'autres seront applicables dans un autre période et d'autres sont inacceptable.

Les 4 règles de base sont: ouverture à l'expérience, capacité d'adaptation, fluidité des idées, s'inspirer des idées de l'autre

En résolution de problèmes, On commence par accepter toutes les idées, puis on définit des critères d'acceptabilité
puis on sélectionne les idées en fonction de ces critères

ce n'est jamais la personne qu'on aime pas mais des idées, des valeurs, des attitudes et des comportements

ce qui fait que nous parlons en adulte, c'est que nous parlons d'égal à Égal en respectant l'autre

Le jugements évaluatifs sont inacceptable,par exemple, si je dis je place l'autre dans un État d'infériorité alors je me positionne comme étant supérieur à l'autre

Si je parle avec l'autre d'égal à égal, alors je suis capable d'avoir un regard critique mais sans pour autant dévaloriser l'autre.

J'aime les premières nations remplit d'une grande sagesse
qui sont basés sur le respect de l'environnement le terre-mère,
la lune qui rend hommage aux grand-mères et aux femmes porteuse de vie

Pour ma part je pense que nous devons tenir compte
de leur perception dans la résolution du problème que nous vivons, actuellement.

c'est pourquoi je tente au Québec de poser une question qui s'exprime de la façon suivante et qui inclut les premiers nations québécoises et toutes personnes résidant sur le sol québécois dans le processus de résolution de problème et elle se traduit comme suit:

Quelles sont les pistes de solution qui vont nous permettre,de vivre pacifiquement et démocratiquement, dans un État, le Québec respectueux des droits et des libertés individuelles et collectives.
Afin de permettre à tous et toutes d’avoir le droit à la santé et la sécurité, à l’éducation, aux sports et à la culture, à la justice, au travail et aux loisirs, En vivant dans un environnement durable diminuant le réchauffement de la planète.
Pour que tous et toutes bénéficient du partage de l’abondance de la terre-mère (protégeant nos femmes qui sont porteuses de vie de toutes violence car nous sommes égaux et complémentaires). Cela ne peut survenir qu’en diminuant la criminalité, les actes de terrorisme et en combattant la pauvreté du cœur et économique.
Nous sommes toutes et tous interdépendants. Je ne suis ni à gauche, ni à droit. Je suis un chercheur de vérité et d’une nouvelle réalité où tout le monde peut prendre sa place, afin que chacun et collectivement nous ayons droit à l'amour, la paix, la joie, au bonheur et à la liberté ?

 

Daniel Gingras

scolarité de doctorat, M.éd, B.Ès arts, 

andragogue, animateur, écrivainet poète-

Poster une réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

L'ère Justin Trudeau
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter