Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Donald Trump et Barack Obama enterrent la hache de guerre

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®
Barack Obama et Donald Trump au bureau Ovale. Crédit de l'image: le site de la Maison Blanche.

Ceux qui espéraient une campagne présidentielle basée sur les thèmes électoraux des candidats Hillary Clinton et Donald J. Trump se sont vite rendus compte de leur utopisme. Jamais le ton d'une campagne présidentielle américaine n'a été aussi acrimonieux. Mais, après le jour de l'élection, les adversaires de la veille ont dû mettre de l'eau dans leur vin pour faciliter la transition entre leurs équipes.

Le controversé magnat de l’immobilier Donald J. Trump avait fait une partie importante de son capital politique sur le dos du premier président noir des États-Unis. Il a fallu attendre les dernières semaines d’une campagne particulièrement sale pour le voir enfin reconnaître, du bout des lèvres, que le président Barack Obama est effectivement né aux États-Unis, dans l’espoir que cela lui fasse gagner les faveurs d'une partie de l’électorat afro-américain. Le locataire de la Maison Blanche n’a de son côté raté aucune occasion durant la récente campagne électorale pour répéter à qui voulait l’entendre que le candidat républicain n’était pas qualifié pour le poste qu’il convoitait. En vain, puisque son adversaire a été élu comme le 45e président des États-Unis.

Donald Trump rencontre Barack Obama au bureau Ovale

Acte I: Donald Trump a tendu la main à ses adversaires politiques. Il a fait ce geste d'apaisement le 9 novembre, c'est-à-dire le lendemain de son élection. Il a profité de cette occasion pour remercier sa rivale démocrate Hillary Clinton pour les années passées au service des citoyens américains. Ses partisans qui avaient l’habitude, durant la campagne, de crier: "enfermez-la," devaient se demander s’ils ne rêvaient pas. On est donc, semble-t-il, déjà très loin du ton acrimonieux de sa campagne contre celle qu’il traitait ad nauseam de "Hillary, l’escroc."

Acte II: à l’invitation la veille du président Obama, M. Trump s’est rendu, dans la matinée du jeudi 10 novembre, à la Maison Blanche. Ils se sont retrouvés, peu avant 11 heures, au bureau Ovale. Pendant qu'ils étaient enfermés dans cette salle, loin des caméras de télévision, la première dame, Michelle Obama, prenait soin de Melania, l’épouse du président élu, avant qu’elle ne rencontre elle aussi le président. Elles ont pris un thé toutes les deux à la salle jaune Ovale et l’hôte à fait à son invitée de marque un tour de la Maison Blanche.

La rencontre entre les deux hommes a duré plus d’une heure et demie. Le président élu a discuté avec M. Obama, entre autres, de la préparation de la transition d’ici sa prise de fonction le 20 janvier prochain.

Selon un communiqué publié le même jour sur le site de la Maison Blanche, les deux dirigeants se sont entretenus des enjeux domestiques et internationaux auxquelles fait face leur pays. L’hôte s’est dit rassuré sur les intentions de son visiteur d’œuvrer avec son équipe durant cette période de transition et l’a assuré de sa volonté de tout faire pour que cela soit un succès. Pour lui, l’unité du pays devrait être une priorité pour tous.

Donald Trump s’est lui aussi montré conciliant. Il a dit son grand respect pour son hôte et combien il a apprécié leur discussion. Il a également déclaré avoir hâte à reparler avec lui dans le futur et à lui demander conseil.

Le président Obama a profité de cette occasion pour insister sur l’importance du  "respect des institutions, de la loi" et "du respect les uns pour les autres." 

***

Le président sortant et son successeur se sont donc rencontrés au bureau Ovale. Une première pour eux. Devant les caméras de télévision, chacun d’eux a essayé, à coup de propos, de se montrer aimable, mais le gestuel de l’actuel locataire de la Maison Blanche trahissait son inconfort en présence du chef de file du mouvement des birthers, ces Américains qui l’accusaient d’avoir menti sur son lieu de naissance et donc mettaient en doute sa citoyenneté américaine et sa légitimité comme leur président. Sans parler de son inquiétude pour le sort que son visiteur réservera à son héritage présidentiel, notamment l'Obamacare.

15 novembre 2016



** Le 10 novembre, le président sortant Obama et le président élu Trump se sont rencontrés au bureau Ovale. Crédit de l'image: la page Facebook de celui-ci.


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Le monde de Donald J. Trump
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter