Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Convention républicaine: Les Républicains désignent Donald Trump comme leur candidat

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Qui a dit qu'en politique, le scénario est écrit d'avance... Les élections présidentielles américaines de cette année montrent que les choses peuvent évoluer au point de se retrouver à un moment crucial du processus politique avec le contraire du résultat escompté au départ.

La campagne électorale américaine de cette année est pour le moins étourdissante. Ses rebondissements et retournements de situation ont donné du tournis à plus d’un observateur des élections présidentielles dans ce pays. Le choix de Donald Trump par les Républicains comme leur candidat officiel en est un.

Donald Trump remporte l’investiture républicaine

2472 délégués républicains venus de 50 États et territoires tiennent leur convention nationale du 18 au 21 juillet dans la ville de Cleveland, en Ohio, l’État gouverné par John Kasich, un des leurs et candidat malheureux aux primaires du Grand Old Party (GOP).

La première journée était loin du fleuve tranquille que les organisateurs souhaitaient. La poignée de délégués opposés au controversé magnat de l’immobilier présents dans la salle omnisports Quicken Loans Arena, les fameux ''Never Trump'', ont ruiné les espoirs de ses partisans d’un couronnement pure et simple. Ces ''insurgés'' contre la mainmise du New yorkais sur leur parti n’ont pas apprécié la tentative de les faire taire. Pendant plusieurs minutes, la cacophonie était maîtresse des lieux.

Comme si cela n’était pas suffisant, un autre événement a troublé en fin de soirée la convention. Contre toute attente, le moment qui devait apporter une touche glamour à la journée et faire oublier le tumulte des débuts s’est finalement révélé contre-productif.

Le candidat républicain présumé a fait son apparition sur le plancher pour présenter sa femme. L’occasion de faire son éloge. Juste après, Melania a prononcé un discours très élogieux de son mari. Jusque-là, c’était dans l’ordre des choses. Mais, le lendemain, les démocrates l’ont accusé d’avoir plagié des extraits d’un discours prononcé en 2008 par l’actuelle première dame Michele Obama à la convention démocrate quand son mari Barack briguait son investiture. Les Républicains ont minimisé l’incident quand ils n’ont pas nié tout simplement le fait ou attaqué les médias.

Autre raison d’oublier cette première journée: l'enthousiasme des délégués n'était pas au rendez-vous. Sans parler de mauvais orateurs qui n'ont pas soulevé la passion des convives, même si le slogan de la journée était potentiellement porteur: ''Permettre aux États-Unis de vivre en sécurité'' (Make America safe), au moment où le pays traverse une période de crise et de tensions raciales aïgues entre la police et la minorité afro-américaine. D'ailleurs, pour venger des noirs tués par la police dans plusieurs États, des Afro-Américains armés ont récemment abattu des policiers blancs à Dallas (8 juillet) et à Baton Rouge (18 juillet) avant de se faire tuer à leur tour.

Le 19 juillet, jour deux de la convention, ces délégués avaient rendez-vous avec d’autres orateurs autour cette fois du thème à saveur économique: ''Mettons de nouveau les États-Unis au travail'' (Make America Work Again). Deux de ces orateurs étaient des enfants Trump: Donald Jr et Tiffany. Mais, le moment clé de la soirée était celui de l’annonce du nom du candidat officiel du parti. Sauf miracle de dernière minute, tous s'attendaient au choix de celui qui avait réussi à écarter, l’un après l’autre, ses seize rivaux au cours d’une longue campagne d’investiture, à travers caucus et primaires.

Les délégués des États et territoires de l’Union ont présenté, à tour de rôle, leurs décomptes respectifs. Au final, on a dévoilé le total des suffrages récoltés par le New Yorkais. C’est Donald Jr, en compagnie de ses sœurs Ivanka et Tiffany et de son frère Eric, qui a annoncé l'obtention de leur père de plus que le seuil nécessaire des 1237 délégués pour pouvoir représenter le parti de l’Eléphant aux élections du 8 novembre prochain. Il a donc déclaré la victoire de son père. Tout fier qu’il était à l’instar des autres membres de la fratrie. Après cela, les délégués ont vu apparaître à l’écran le nouveau candidat du parti. Tout heureux! Il s’est dit touché de voir ses enfants annoncer sa victoire. Sur ses comptes Facebook et Twitter, il leur a déclaré que tout cela n’aurait pas été possible sans leur concours.

La candidature de Mike Pence, le colistier du candidat républicain, a été confirmée officiellement le même soir.

***

Si Donald Trump est enfin arrivé à ses fins, sans surprise et suite à un long processus politique, il se trouve maintenant à la tête d’un parti divisé entre différentes factions. D’ailleurs, il a lui-même contribué à cet état. En conséquence de quoi la convention républicaine ne peut faire illusion d’une unité de façade. Mais, si le candidat controversé ne peut unifier derrière lui les troupes républicaines, la candidate démocrate présumée pourrait, à son corps défendant, agir comme une raison suffisante pour les unir contre elle en novembre prochain.

20 juillet 2016



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

USA 2016
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter