Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Premiers avions de réfugiés syriens attendus à Toronto et Montréal

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

À cause de la guerre en Syrie, plusieurs millions de Syriens se sont réfugiés dans des pays voisins quand ils n'ont pas frappé à la porte de la forteresse Europe. Avec des conditions de vie difficiles dans des camps de réfugiés au Liban ou en Jordanie, la main tendue par le Canada à 25 000 d'entre eux leur fait espérer un avenir meilleur sous des cieux plus cléments.

Pendant la campagne électorale fédérale, le chef libéral Justin Trudeau avait promis d’accueillir au Canada 25000 réfugiés syriens et ce avant la fin de cette année. Une fois élu, le nouveau premier ministre a dû réviser le calendrier de mise en place de sa promesse. S’il a promis cette fois l’arrivée de 10 000 réfugiés d’ici la fin du mois en cours, il a remis à plus tard, soit d’ici la fin du mois de février 2016, l’arrivée des 15 000 restants.

"Ça va être une grande journée pour le Canada" 

Le mercredi 9 décembre, pendant la période des questions à la Chambre des communes, Justin Trudeau a fait une annonce importante. Il a informé ses collègues députés et le reste du pays qu’un premier avion nolisé par le gouvernement atterrira le lendemain, à 21 heures 15 minutes, à l’aéroport international Pearson, à Toronto, avec des réfugiés syriens à bord. Deux jours plus tard, soit samedi 12 décembre, toujours selon lui, un second avion se posera à l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal. A ses yeux, ce sera "une grande journée pour le Canada". Ces quelques 300 réfugiés appartiennent en grande partie à la minorité arménienne. Ils bénéficient du parrainage privé de proches et de groupes religieux. Ils seront transportés de Beyrouth à Toronto et Montréal à bord d’un avion Airbus CC-150 Polaris.

Le premier ministre a affirmé que la "réinstallation des réfugiés témoigne de notre engagement aux Canadiens et au monde entier que le Canada comprend que nous pouvons et devons faire plus." Il a également indiqué qu’il sera sur les lieux pour les accueillir. Il a enfin invité les chefs des partis de l’opposition à être de la partie.

Mais, qu’est-ce qui va se passer au moment de leur arrivée au pays?

Comme l’indique un communiqué publié hier, le 9 décembre, sur le site web du ministère de l’immigration, des réfugiés et de la citoyenneté, à leur descente d’avion à Toronto et Montréal, les "réfugiés seront accueillis par les agents de l’Agence des services frontaliers du Canada." Ils prendront leurs empreintes digitales et vérifieront leurs documents de voyage avant qu’ils ne puissent obtenir sur place leur statut de résident permanant. Des membres du corps médical effectueront des vérifications sommaires de leur état de santé. Toute personne atteinte éventuellement d’une maladie contagieuse sera confinée à des endroits appropriés. Mais, ce genre de risque est contrôlé puisque, comme le précise le même communiqué d’Immigration Canada, avant de "monter à bord des avions à destination du Canada, les réfugiés auront déjà passé (dans leurs camps) les mesures de vérification de sécurité et subi les examens médicaux aux fins d’immigration."

Pour que les réfugiés se sentent les bienvenus au Canada et que cette journée soit inoubliable pour eux, les aéroports Pearson et Pierre-Elliott-Trudeau leur ont aménagé des espaces dédiés par exemple aux jeux pour les enfants, à l’allaitement des bébés, ainsi qu’un lieu où la Croix-Rouge leur distribuera des vêtements d’hiver.

Avant de quitter l’aéroport, chaque réfugié obtiendra le statut de résident permanent. Cela leur facilitera la vie et simplifiera les formalités pour le gouvernement.

Ces réfugiés parrainés par des privés passeront la nuit dans des hôtels réservés pour eux, à cette occasion, par le gouvernement fédéral. Le lendemain, ils accompagneront à leurs destinations leurs répondants, affirme le communiqué du ministère canadien.

En Ontario, on prévoit d’accueillir 4000 des 10 000 réfugiés syriens qui arriveront au pays d'ici la fin de l’année. En attendant d’avoir la carte santé de l’Ontario, qui donne accès au système public de santé de la province, ces nouveaux résidents permanents bénéficieront du programme fédéral de santé intérimaire (PFSI).

Au Québec, on s’attend à accueillir d’ici la fin de l’année 3650 réfugiés syriens. À ce propos, comme l’ont indiqué hier, en point de presse, le ministre de la santé et des services sociaux Gaétan Barrette et la ministre déléguée à la réadaptation, à la protection de la jeunesse et à la santé publique, Lucie Charlebois, la province est elle aussi prête à accueillir les réfugiés qui arriveront. Le ministre nous a appris que pas moins de 4000 interprètes volontaires se sont rendus disponibles pour l’opération. Une fois les formalités d’immigration complétées, le réfugié sera dirigé vers un centre de bienvenue. Il aura à y rencontrer des représentants du ministère de la santé, dont la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ). À la sortie de ce centre, il sera muni de sa carte d'assurance maladie, ce qui lui permettra d’avoir accès au système de soins du Québec. Le ministre a insisté, à plusieurs reprises, sur un point crucial: cela ne devra pas engorger le système hospitalier québécois.

Fort de l’appui de sa collègue Kathleen Weil, ministre à l’immigration, de la diversité et de l’inclusion, le ministre du Travail Sam Hamad, lui-même d’origine syrienne, a invité, pour sa part, le milieu des affaires à embaucher les nouveaux arrivants. A ses yeux, l’emploi représentera un excellent levier d’intégration de ces réfugiés à la société québécoise et un motif de fierté personnelle pour eux.

***

Ce soir, Toronto accueillera 163 réfugiés syriens qui arriveront au pays grâce à un vol de l'armée canadienne. Pour marquer le coup et faire comprendre aux nouveaux arrivants l'importance symbolique pour le pays de cela, le premier ministre du Canada en personne, en plus de la première ministre ontarienne, du maire de la Ville-Reine et d'autres membres de l'élite politique canadienne seront là, à Pearson, pour leur souhaiter la bienvenue au Canada. Ce qui promet d'être mémorable pour eux.

10 décembre 2015



** Des réfugiés syriens font la file à l’Aéroport de Beyrouth avant de prendre l'avion. Crédit de l’image: le compte Twitter du Commandement des opérations interarmées du Canada.


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

L'ère Justin Trudeau
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter