Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

La reine Elisabeth II reçoit en audience Justin Trudeau

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Quelques jours après la formation de son gouvernement, le nouveau premier ministre canadien s'est retrouvé avec un agenda international chargé. Après une première tournée dans des pays comme la Turquie et les Philippines, il a entamé sa seconde tournée à l’étranger.

La semaine dernière, Justin Trudeau (43 ans) a effectué ses premiers pas sur la scène internationale à titre de nouveau premier ministre du Canada. Il a d’abord participé, du 15 au 16 novembre, au sommet du G20 à Antalya, en Turquie. Il a notamment rassuré à cette occasion ses homologues sur l’engagement du pays dans la lutte contre le groupe combattant État islamique (EI). Deux jours plus tard, il s’est rendu à Manille pour prendre part au Sommet de deux jours de l’APEC (Coopération économique pour l’Asie-Pacifique). Aux Philippines, il a été accueilli en vedette. Le 25 novembre, il s'est rendu à Londres, au Royaume-Uni. L’occasion pour lui, entre autres, d’être reçu en audience privée par la reine Elisabeth II (89 ans) au palais de Buckingham.

Justin Trudeau reçu en audience au Buckingham Palace

Élisabeth II est la chef de l’État du Canada. Ce n’est pas leur première rencontre à cet endroit. La première fois, c’était en 1977. Le futur premier ministre était encore enfant. Il accompagnait son père et illustre ancien premier ministre Pierre Eliott Trudeau. D’ailleurs, pour briser la glace, M. Trudeau a raconté une anecdote à la souveraine: "la dernière fois qu’on s’était vus, vous étiez plus grande que moi".

On peut lire dans un communiqué du bureau du premier ministre canadien publié sur son site web que M. Trudeau était ravi d’avoir exprimé à Elizabeth II "l’engagement du Canada à cultiver encore davantage la relation unique" avec celle qui demeure à ses yeux "une partie intégrante" de l’"histoire", des "progrès" et de "(l’)avenir" du pays. Il s'est également réjoui de sa participation à "la Réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth, à Malte".

On ne saura pas davantage du contenu de la rencontre d’une demi-heure des deux dirigeants.

C’est la première fois que le chef d’État canadien accorde une audience privée à M. Trudeau à titre de premier ministre.

Même si l’épouse et les deux enfants les plus jeunes du premier ministre se trouvaient au Palais, au moment de la rencontre, ils n’ont pas été de l’audience privée. La reine les a accueillis plus tard. En fidélité au protocole.

Après sa réunion avec Elisabeth II, Justin Trudeau s’est rendu à la Canada House au Trafalgar Square pour faire un discours.

Le premier ministre canadien s’est également rendu au 10 Downing Street pour rencontrer son homologue britannique. Comme l’indique le communiqué de son bureau, les deux alliés ont abordé des questions internationales urgentes et d'intérêt commun comme: "les changements climatiques" (en prévision de la Conférence de Paris (COP21) qui va avoir lieu du 30 novembre au 11 décembre), les mesures antiterroristes et l’action de la coalition internationale contre l'EI, "la situation humanitaire et en matière de sécurité" en Irak et en Syrie et ses retombées pour l’Europe en termes de crise des réfugiés. La crise ukrainienne, les relations bilatérales et "la mise en œuvre'' de l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne (AECG) ont également figuré sur l’agenda de cette rencontre.

***

Lors de ce voyage en Grande-Bretagne, le nouveau premier ministre canadien n’a fait aucun impaire diplomatique. Il n’a pas non plus posé un quelconque geste de "rébellion" à l’endroit de la chef d’État canadien. Il s’est, ce jeudi, envolé vers La Valette, à Malte, pour participer à la Réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth, qui se déroulera du 27 au 29 novembre 2015. Parions que la question des changements climatiques occupera la part de lion des enjeux de cette réunion internationale.

26 novembre 2015



** Justin Trudeau et David Cameron au 10 Downing Street. Crédit de l'image: la Page Facebook du premier ministre canadien.


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

L'ère Justin Trudeau
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter