Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Louis-Hébert: Le candidat libéral Joël Lightbound

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Pour faire la couverture de la campagne fédérale en cours, nous avons, entre autres, pris contact avec plusieurs candidats de différentes formations politiques. Ici, on fait le tour avec le candidat libéral dans Louis-Hébert Joël Lightbound.

Dans le cadre de la couverture de la campagne électorale fédérale de cette année, nous avons pris rendez-vous avec le candidat libéral Joël Lightbound. En arrivant à son local officiel de campagne, son attachée de presse Ema Zajmovic nous a bien accueilli. Elle nous a fait le tour des lieux. Juste après, nous avons rencontré le candidat. Après de brèves salutations, nous nous sommes retrouvés, tous les trois, dans la salle de réunion pour faire l’entrevue. L’occasion d’apprendre un peu plus sur son histoire de vie et de faire un survol de sa candidature.

Une journée de campagne avec Joël Lightbound

Le candidat libéral dans la circonscription Louis-Hébert est né à Toronto d’un père anglophone et d’une mère québécoise, une Levesque. C’est elle qui les a élevés, lui et son frère.

Étant âgé de 27 ans, il est le plus jeune candidat libéral à Québec. Il a passé son enfance et grandi à Ste-Foy. Il a étudié le droit à l’université McGill à Montréal. Il a passé le Barreau du Québec et celui de New York et travaillé de 2011 à 2013 au cabinet Fasken Martineau DuMoulin à Montréal, d'abord à titre d'étudiant et de stagiaire, ensuite comme avocat dans le secteur Travail, emploi et droits de la personne.

Une fois de retour dans sa ville d’enfance fin 2013/début 2014, il s’est investi à fond dans la préparation du terrain pour une investiture comme éventuel prochain candidat libéral à Louis-Hébert. Son implication dans le communautaire et son tissage d’un réseau dense et riche de relations avec différents milieux et groupes de citoyens du coin ne pouvaient nuire à son ambition politique.

Pour mener à bien son entreprise politique, il s’est entouré d’une équipe de bénévoles qui sont pour la plupart de jeunes gens disciplinés et motivés. Son bras droit Ema Zajmovic en constitue la pièce maîtresse. Une jeune femme talentueuse, efficace et qui met sa formation en communication à l’université Laval au service de l’ambition du candidat libéral.

Pour avoir de l’avance sur tout concurrent potentiel à l’investiture libérale dans Louis-Hébert, M. Lightbound a sonné à toutes les portes ou presque pour se présenter à la population et prendre le temps de discuter avec les familles. L’occasion pour lui de connaître de plus près les conditions de vie dans cette circonscription. Sa lancée lui a permis en plus de vendre plus ou moins cinq cent cartes de membres du Parti libéral du Canada. En plus de montrer à l’association du parti dans la ville de Québec son talent dans le domaine de recrutement de nouveaux membres et donc de revitalisation de ses troupes dans la région, ce qui n’est pas chose aisée, cela lui a fourni ipso facto une base sociale mobilisable au besoin et donc de peser indirectement sur la décision de tout concurrent potentiel de se lancer dans l'aventure ou de se raviser.

Sa stratégie a fonctionné. Aucun des sept ou huit personnes qui s’étaient déclarées au début intéressées n’est allée jusqu’au bout du processus de sélection. Rendu au mois de juillet, le jeune avocat s’est retrouvé seul en lice et a été investi, par acclamation, comme le candidat libéral dans Louis-Hébert.

La journée du candidat Lightbound commence d'habitude à 7h30-8h et se termine vers 21h-21h30. Le matin, il commence par rencontrer les membres de son équipe de campagne. Il lit les journaux, prend connaissance des nouvelles promesses libérales. Après cela, il va à la rencontre de la population. Une fois de retour dans son local officiel, il discute avec les membres de son équipe, vérifie l’agenda du lendemain, les entrevues à accorder, se penche sur l’état de financement de sa campagne et fait des appels à son tour.

Pour lui, l’engagement politique a un sens. Cela représente, à ses yeux, ''une belle façon de servir (la population), de changer les choses''. Avec un Stephen Harper à la tête du gouvernement depuis presque dix ans, cela est, à son avis, devenu encore plus urgent. Pas besoin de dire qu'il rejette la vision idéologique du premier ministre sortant et ses politiques au pays et à l’étranger. Le creusement des inégalités sociales, des ''politiques environnementales irresponsables'' et une politique étrangère agressive font partie des choses qu’il lui reproche.

Aux yeux du candidat dans Louis-Hébert, les valeurs et le programme du Parti libéral du Canada l’ont incité à se présenter sous sa bannière. À l’en croire, il s’agirait d’un ''parti progressiste, responsable et pragmatique''. Un parti qui, à son avis, évite de s’enfermer dans un carcan idéologique rigide et qui a, en plus, un ''meilleur programme, qui offre le plan le plus crédible tant pour l’environnement que pour l’économie'' ainsi que ''pour se redonner une société équitable''.

Quatre enjeux tiennent à cœur à M. Lightbound. D’abord, des emplois de qualité pour de jeunes diplômés bien formés, mais qui se cherchent encore du travail dans la région. Pour lui, l’investissement public massif dans l'éducation et la recherche fondamentale et appliquée et l’encouragement de la commercialisation des brevets pourraient faire partie de la solution à ce problème. Ensuite, la lutte contre les inégalités. Encore, encourager les jeunes à s’impliquer dans la vie politique. À son avis, le changement du mode de scrutin (une promesse libérale) pourrait y aider. Enfin, défendre plusieurs dossiers locaux touchant notamment l’aéroport et le pont de Québec.

Comme tout candidat qui se respecte, M. Lightbound estime être celui qui servirait le mieux les intérêts de sa circonscription. Il promet de mettre à profit son énergie, ses talents, ses connaissances, etc. pour défendre les dossiers qui tiennent à cœur aux habitants de Louis-Hébert.

Une fois l’entrevue terminée, nous nous sommes tous les trois dirigés vers la sortie de la salle de réunion. Direction: la campagne sur le terrain. C’était un samedi magnifique! Cette journée, une activité était programmée. Plusieurs associations avaient collaboré pour organiser une fête de quartier au profit des familles du coin. L’occasion aussi pour nous de voir le candidat à l’œuvre sur le terrain. Nous nous demandions s’il allait être en mesure d’établir rapidement la connexion avec les citoyens rencontrés sur place.

Dès notre arrivée sur les lieux, M. Lightbound n’a pas perdu son temps. On voyait que sa technique était bien rodée. Il a approché les citoyens qui se trouvaient sur son passage. À chaque fois, il se présentait, présentait le programme de son parti et distribuait son prospectus. Souvent, une discussion s’en suivait. Les gens étaient intéressés à en savoir un peu plus. Le nom du premier ministre sortant et son bilan gouvernemental revenaient rapidement dans les échanges, mais pas pour le louanger. Les membres des familles rencontrées étaient principalement québécoises, maghrébines et d’Afrique sub-saharienne.

Ce qui nous a frappé à ces occasions, c’est le talent communicationnel du candidat libéral. Il a réussi à faire rapidement la connexion de sa propre histoire de vie et celle de la plupart des gens approchés. Ce qui rendait son exercice de communication assez efficace. Mais, cela avait l’air spontané et sincère. Une des scènes marquantes de la journée était celle de cette maman du Congo qu'on voit dans l'image ci-dessus et qui, après une bonne discussion avec le candidat, a pris sa main et fait une longue prière avec lui. C’était un moment fort.

***

Une fois la fête de quartier terminée, nous devions ensemble quitter les lieux et notre couverture de la campagne de Joël Lightbound a pris fin.

15 octobre 2015



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Canada 2015
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter