Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Les libéraux de Justin Trudeau ont le vent dans les voiles

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Une semaine seulement sépare le pays du jour du scrutin du 19 octobre. Les regards ne sont plus tournés vers le Parti néodémocrate et son chef Thomas Mulcair. En creusant chaque fois l'écart qui le sépare des autres partis, la barque libérale donne l'impression d'avoir le vent dans les voiles.

Nanos Research a révélé ce 12 octobre les résultats de son nouveau sondage. Il s’agit d’une enquête d’opinion menée du 9 au 11 octobre auprès de 1200 Canadiens en âge de voter. Elle l’a fait encore une fois pour le compte du Globe and Mail et de CTV, avec une marge d’erreur de 2,8%, 19 fois sur 20.

Les libéraux gagne du terrain

Au niveau national, les libéraux fédéraux sont arrivés premiers avec 35,7% des intentions de vote, contre 28,9% pour les conservateurs, 24,3% pour les néodémocrates et 4,8% pour les verts. Le parti de Justin Trudeau a donc gagné du terrain par rapport au précédent Nanos et la formation de Thomas Mulcair s'est retrouvée au queue de peloton du trio des grands partis. Les appuis du parti orange se sont effrités et son rêve de former le premier gouvernement néodémocrate de l'histoire du Canada, et donc de faire l'histoire, s’est éloigné encore un peu plus.

Les conservateurs ont perdu en une semaine 2,1% d’appuis alors que les trois autres partis ont fait des gains d’inégale importance: 1,5% pour les néodémocrates, 1,1% pour les verts et 0,1% pour les libéraux. Mais, comme on vient de le voir, le gain du parti néodémocrate ne lui a pas épargné la relégation à la troisième place parmi les principales forces politique au niveau national. C’est dire les difficultés de cette formation et les ratés de sa stratégie.

Au niveau régional, le tableau est plus contrasté. Les libéraux ont légèrement renforcé leur domination dans les intentions de vote en Atlantique (52,9%) par rapport au précédent Nanos. Le recul du vote vert (9,3%) a profité aux néodémocrates (21,3%) et aux conservateurs (16,5%).

En Ontario, le Parti libéral a dominé là aussi, mais de manière moindre, les intentions de vote: 45,2%, contre 32,7% pour les conservateurs, 18,2% pour les néodémocrates et 3,3% pour les verts. La formation rouge a bénéficié du glissement du vote néodémocrate dans cette province clé pour faire des gains notables par rapport au précédent Nanos. Les verts ont eux aussi fait quelques gains. Les conservateurs ont quant à eux perdu quelques plumes.

Dans les Prairies, les conservateurs ont dominé dans les intentions de vote: 47,7%, contre 26,5% pour les libéraux, 24,2% pour les néodémocrates et un maigre 1,7% pour les verts. Seul le parti rouge a perdu des plumes (-3,4%) dans cette région par rapport au précédent Nanos.

En Colombie-Britannique, une course à trois est engagée entre les conservateurs (29,1%), les libéraux (28,9%) et les néodémocrates (25%). Les verts ont récolté à peine 14,9%. Mais, cette distribution ne devrait pas nous induire en erreur puisque les bleus et les oranges ont en fait perdu des plumes dans cette importante province par rapport au récent Nanos alors que les rouges ont fait des gains .

Au Québec, une lutte assez serrée est engagée entre les néodémocrates (32,7%) et les libéraux (28,7%). Les bloquistes sont arrivés troisièmes avec leurs 23,2% des intentions de vote et les conservateurs derniers avec leurs 14% d'appuis. Par rapport au récent Nanos, seuls le Bloc et le NPD ont fait des gains. Ils ont visiblement profité des pertes des autres partis. La formation souverainiste a donc vu ses appuis augmenter et le parti du premier ministre sortant chuter. Si deux formations de l'opposition ont mené dans les intentions de vote au Québec, c’est en raison du fait qu’une bonne partie des Québécois aimerait voir Stephen Harper se faire battre le 19 octobre.

Les électeurs libéraux et néodémocrates sont des vases communicants. Le Parti libéral est le deuxième choix de la moitié des électeurs néodémocrates et le NPD celui de 52% des libéraux, de 42% des bloquistes et de plus du cinquième des verts. Par rapport au récent Nanos, Justin Trudeau améliore légèrement la note de son parti à ce propos.

***

Depuis le déclenchement de la campagne électorale en août dernier, le premier ministre sortant n'a jamais réussi complètement à balayer sous le tapis le thème du changement de gouvernement. Il semble que c'est le libéral Justin Trudeau, et non le néodémocrate Thomas Mulcair, qui a fini par réussir le pari d'être perçu, à une semaine du jour de scrutin, comme l'incarnation du changement. Au grand dam du parti orange et de son chef.

13 octobre 2015



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Canada 2015
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter