Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Colombie-Britannique: Christy Clark tend la main aux réfugiés syriens

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

La tragédie des réfugiés syriens ne laisse personne indifférent. Les images de leur arrivée, en catastrophe, avec les moyens du bord, en Europe à la recherche d’un refuge, sont touchantes. Au Canada, la même sympathie gagne de plus en plus la faveur de l'opinion publique.

Aylan Kurdi est ce jeune enfant syrien mort noyé et dont le corps a été retrouvé gisant sur une plage de Bodrum en Turquie. Sa famille fuyait la guerre qui fait rage dans son pays depuis plusieurs années et cherchait à gagner l’Europe. Comme sa tante Tima Kurdi habite à Coquitlam, en Colombie-Britannique, les Britanno-Colombiens et nombre de Canadiens dans le reste du pays ont été doublement touchés par le drame d’Aylan et se sont par conséquent identifiés à la famille endeuillée.

1 million de dollars pour l’installation de réfugiés syriens en Colombie-Britannique

Le chef conservateur Stephen Harper a depuis le début de la campagne électorale campé sur sa position dans le dossier des réfugiés syriens. Une posture qui plaît à la frange ultraconservatrice de son électorat. Un segment qui est, par habitude, tradition ou encore par conviction, méfiant vis-à-vis de tout ce qui a l’air de près ou de loin d’être trop différent pour être un jour assimilable dans la fabrique canadienne. Des premiers ministres provinciaux ont multiplié les pressions sur M. Harper pour le faire changer de position à propos de l'accélération de l'accueil des réfugiés syriens. En vain!

Après les annonces il y a quelques jours des premiers ministres libéraux de l’Ontario et du Québec, leur collègue de la Colombie-Britannique, elle-même libérale, est entrée dans la danse. Une façon de montrer que sa province et son gouvernement n'étaient pas non plus insensibles à ce qui se passe dans le dossier des réfugiés syriens. Un engagement qui a dû plaire à plusieurs dans sa province et parmi les Syriens.

Le 8 septembre, Christy Clark a fait une annonce très importante.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La première ministre a annoncé le déblocage par son gouvernement d’une enveloppe budgétaire d’un million de dollars. Cette somme devrait servir aux réfugiés syriens désireux d’immigrer en Colombie-Britannique. Selon un communiqué de presse mis en ligne le même jour par son bureau, ce fonds de préparation servira à:

*offrir des services de psychothérapie aux réfugiés;

*appuyer la démarche de groupes de particuliers dits ''Groupes de Cinq'' et qui souhaiteraient parrainer des réfugiés. Pour les aider dans leurs démarches auprès d’Immigration Canada, Vancouver mettra à leur disposition une ligne téléphonique sans frais: 1-877-952-6914;

*soutenir au niveau local les municipalités qui accueilleront et installeront les réfugiés syriens;

*aider les associations professionnelles à accélérer le processus de reconnaissance des titres de compétences et des accréditations professionnelles acquis en Syrie, avec comme but l’accélération de l’entrée sur le marché du travail des réfugiés qualifiés;

*et encourager les entreprises et les organismes dédiés à l’installation des immigrants à embaucher, former et encadrer les réfugiés syriens et donc à les intégrer sur le marché du travail.

Contrairement à d’autres premiers ministres provinciaux, Mme Clark n’a pas abordé la question du nombre des réfugiés que sa province serait prête à accueillir. Mais, cela est peut-être dû, comme elle l’a elle-même reconnu, au fait que c’est au gouvernement fédéral que cette compétence revient de droit.

***

Christy Clark a semblé émue quand elle a parlé du sort tragique du petit syrien mort noyé alors qu’il tentait, avec son frère et ses deux parents, de traverser la mer séparant la Turquie de la Grèce. Pour elle, le fonds du million de dollars obéit à une logique de gagnant-gagnant. En échange du bon accueil des réfugiés syriens et de leur intégration, la Colombie-Britannique gagnerait de nouveaux travailleurs qualifiés et s’enrichirait de leur apport à différents aspects de la vie dans sa province.

10 septembre 2015



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Canada 2015
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter