Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Madame Univers 2015 espère la défaite de Stephen Harper

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Un pas pour Ashley Callingbull. Un grand pas pour les premières nations du Canada. Elle indispose les conservateurs à cause de sa prise de position anti-Harper, alors que le pays est en pleine campagne électorale. Mais, d'un autre côté, ses prises de position mettent à mal un certain nombre de stéréotypes et de préjugés véhiculés sur les Autochtones.

Madame Univers est un concours international de beauté réservé aux femmes mariées. Le thème de la compétition de cette année était la violence conjugale et le sort des enfants. Cela tombait à point pour une candidate autochtone de l’Alberta.

Ashley Callingbull est Madame Univers 2015

Ashley Callingbull, ou Ashley Burnham du nom de son mari, est une Crie. Elle est née en 1989 à Enoch, en Alberta. Elle vit en Ontario sur la réserve iroquoise des Six Nations de la Grande Rivière. Elle est actrice, top-modèle et conférencière. Elle prépare un baccalauréat en Arts.

Le 29 août, le mannequin autochtone a été intronisée Madame Univers de l’année à Minsk, en Biélorussie. C’est la première Autochtone et Canadienne à recevoir ce titre. Elle n’a pas hésité à cette occasion à parler de son enfance difficile et du milieu pauvre et violent dans lequel elle avait grandi.

Sur son compte Twitter (@AshCallingbull), nombre d’Autochtones l’ont félicité pour ce titre. Certains d’entre eux ont affirmé qu’elle est devenue un modèle pour eux. La fierté se lisait dans ces différents gazouillis.

Madame Univers 2015 s’en prend à Stephen Harper

Ashley Callingbull a saisi l’occasion de la campagne électorale fédérale en cours pour faire part, à plusieurs reprises, de son sentiment à l'endroit de Stephen Harper. Dans un tweet daté du 31 août, elle a parlé d’un besoin urgent de changement de gouvernement à Ottawa et a appelé les autochtones à défendre leurs droits: "We are in desperate need of a new PM. Fight for your rights". Ce tweet a été favorisé 899 fois et retweeté mille fois.

Dans un deuxième tweet, elle a exhorté les premières nations à se rendre aux bureaux de vote pour défaire le gouvernement sortant, au nom de la défense de leurs droits. Pas de doute dans son esprit: le gouvernement Harper devrait être défait.

Ce gazouilli a eu la faveur de mille sept cent twitteurs. Il lui a valu quarante-cinq commentaires.

À ceux qui pensaient qu’Ashley Callingbull en faisait un peu trop, un jour seulement après son intronisation, elle a fait remarquer qu’elle n’était pas du genre ''Sois belle et tais-toi'', qu’elle avait un point de vue à faire valoir et qu’elle se servirait de sa notoriété publique pour prendre part au changement et faire connaître les enjeux chers aux premières nations aux Canadiens. Une déclaration qui a visiblement plu à beaucoup d’Autochtones à travers le pays.

https://pbs.twimg.com/media/CNxfIThWUAA_d0e.jpg

Ce tweet a été retweeté 209 fois et favorisé 223 fois.

Ces appels répétés faits aux premières nations pour qu’elles votent contre le maintien du gouvernement Harper en place ont irrité les conservateurs. Elle a rapporté sur son compte Twitter qu’ils ont ressorti d’anciennes photos où on la voit dans des manifestations du Mouvement contestataire autochtone Idle no more pour la qualifier de ''raciste'', avant de l’inviter à vivre sur le bien-être social. Elle qui travaille depuis de nombreuses années dans les domaines de la télévision et la mode. Une façon comme une autre de la discréditer aux yeux de la majorité des Canadiens. Au lieu de flancher, elle a affirmé à l’intention de ses détracteurs qu’elle n’en a cure. Devant les attaques conservatrices, Ashley Callingbull a affirmé que plus de gens la soutiennent que ne l’attaquent. D’ailleurs, plusieurs twitteurs l’ont appuyé. Ils ont également vanté en elle le symbole qu’elle est devenue pour les peuples autochtones du Canada.

Ashley Callingbull a reproché au gouvernement Harper, entre autres, son approche du dossier combien douloureux pour nombre de communautés autochtones à travers le pays des femmes autochtones disparues et assassinées. Rappelons-nous que les conservateurs n’ont jamais voulu d'une enquête nationale sur ce dossier. Attitude qualifiée récemment par le chef néodémocrate Mulcair de ''raciste''.

***

Ashley Callingbull ne laisse personne indifférent. Son histoire de vie et les atouts dont elle dispose ont fait d'elle un modèle pour nombre de jeunes autochtones à travers le pays et peut-être au-delà. Ceux qui pour le moment la réduisent à l'image d'une femme belle et sexy pourraient probablement dans le futur voir leur stéréotype se fracasser sur la roche d'une jeune femme devenue, en quelques années,  une des leaders des peuples autochtones avec lesquels il faudrait compter.

6 septembre 2015



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Canada 2015
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter