Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Familles musulmanes invitées par Stephen Harper au 24 Sussex pour l’Iftar

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Les Canadiens musulmans représentent une population jeune et dynamique. Ils sont confrontés à plusieurs formes de discrimination. Le pays a tout intérêt à ne pas se les aliéner s'il veut être en mesure de relever, dans la sérénité, plusieurs défis du XXIe siècle, dont la mondialisation et la lutte contre le terrorisme. C'est pourquoi toute initiative gouvernementale ou non allant dans le sens de la main tendue à cette partie de la population est dans l'intérêt de tout le monde. 

Selon les chiffres de Statistique Canada, un peu plus d'un million de personnes ont déclaré en 2011 être musulmanes, soit 3,2% de la population totale du pays. Ils sont donc plus nombreux que d’autres minorités religieuses: les hindous (1,5%), les sikhs (1,4%), les bouddhistes (1,1%) ou les juifs (1,0%). Fait notable supplémentaire: le poids démographique de cette jeune minorité a connu en 2011 une hausse de 17,4% par rapport au recensement de 2006, du fait principalement du flux migratoire. Statistique Canada estime qu'ils représenteront en 2017 un total de 1 400 000 personnes. À l’instar des autres chefs fédéraux, le premier ministre Stephen Harper sait qu’il ne peut faire abstraction d’eux en vue des prochaines élections générales du mois d’octobre.

Familles musulmanes au 24 Sussex pour l’Iftar

Le 17 juin, soit la veille du début du mois de jeûne pour les musulmans, M. Harper a souhaité publiquement un ''Ramadan Moubarak'' aux musulmans du Canada et d’ailleurs. Il sait que durant ce mois sacré, les musulmans doivent s'abstenir de manger, de boire et d’avoir des relations sexuelles du lever au coucher du soleil. Il a fait remarquer à cette occasion que ce mois sacré pour les musulmans est ''une période de réflexion, de sacrifices personnels par rapport aux biens matériels et de dévotion spirituelle par la pratique de la prière, du jeûne et de la charité (et c’est également) le temps de célébrer et de renouer avec leur famille et leur communauté ainsi que de réaffirmer leur volonté d’élever l’humanité en tendant la main aux moins fortunés'' (Cf. la déclaration du premier ministre sur son site Internet). Les chefs néodémocrate et libéral, MM. Mulcair et Trudeau, ont eux aussi souhaité un ''Ramadan Moubarak'' aux musulmans du Canada. 

Le 22 juin, le premier ministre conservateur a invité des familles musulmanes à sa résidence officielle pour l’iftar, le repas pris après le coucher du soleil pour la rupture du jeûne. C'est un moment festif et spirituel. Cette invitation rencontre un souhait exprimé il y a plusieurs années par l'auteur de cette chronique.

Le premier ministre était accompagné à cette occasion de sa femme Laureen, des ministres Jason Kenny et Tim Uppal et de la sénatrice torontoise Salma Ataullahjan. Cette native du Pakistan a été nommée au Sénat par le chef conservateur en juillet 2010. Étaient également présents au 24, promenade Sussex une quarantaine de personnes, dont de nombreux enfants. Parmi eux, il y avait Samir Dossal, le président du Conseil Canada-Pakistan pour les affaires, et trois candidats conservateurs aux prochaines élections générales: Abdul Abdi, (Ottawa), Karim Jivraj (Toronto) et Qais Hamidi (Laval-Les Îles).

Au cours du repas, M. Harper a prononcé une courte allocution. À cette occasion, il a indiqué que la résidence officielle du premier ministre appartenait à tous les Canadiens et donc aux musulmans du pays. Il a également dit souhaiter que ''tous les Canadiens, et en particulier nos amis et voisins musulmans, puissent partager le caractère spirituel du ramadan''. Il a, à ce propos, ajouté que ''la tradition veut que celui qui accueille l’iftar, apporte du bonheur autour de lui''. Il a enfin saisi cette occasion pour souligner, tout en les saluant, les contributions de la communauté musulmane à la société canadienne. Selon lui, les musulmans sont à l’image des autres communautés du pays: ''ils immigrent au Canada à la recherche de la liberté, des opportunités et de tolérance''. On est donc là aux antipodes du cliché grossier véhiculé par des milieux islamophobes et qui dépeint le musulman comme une personne extrémiste qui cherche à détruire les valeurs modernes du pays.

En bon hôte, M. Harper était attentif aux moindres détails de la cérémonie de l'iftar pour séduire ses invités et leur montrer qu'il n'est pas indifférent à sa dimension symbolique. C'est pourquoi avant de passer au plat de résistance, les convives ont mangé des dattes. Tout était dans un style moyen-oriental.

 

Sur son compte Twitter (@pmharper), le premier ministre Harper s’est le lendemain réjoui de la réception de l’iftar. Le tweet de son ministre Kenney (@jkenney) a quant à lui mis l’emphase sur le caractère historique de l’événement.

Stephen Harper marque l’histoire

À cause des mauvaises relations entre le gouvernement Harper et la communauté canadienne musulmane, celle-ci était surprise d’apprendre la nouvelle de la célébration de la rupture du jeûne au 24 Sussex. Plusieurs musulmans conservateurs ne voient pas d’un bon œil le projet de loi défendu avec vigueur par le ministre Kenney et qui vise à interdire les visages voilés au cours des cérémonies de citoyenneté. D’autres musulmans reprochent au premier ministre de s’être intéressé davantage à la frange extrémiste en leur sein au lieu de tendre la main à la grande majorité musulmane modérée après les attaques terroristes des derniers mois. En matière de politique étrangère, le soutien inconditionnel de son gouvernement aux politiques d’Israël ne plaît pas non plus aux communautés canadiennes musulmanes.

Mais, les Canadiens musulmans n’étaient pas les seuls à être surpris du geste de M. Harper. Sur les réseaux sociaux, plusieurs Canadiens musulmans et non musulmans ont exprimé leur méfiance. Le sentiment dominant chez eux a réduit le geste inédit du chef conservateur à une simple manœuvre politicienne en vue des élections générales du mois d’octobre. À cause d’une campagne qui s’annonce difficile pour un exécutif usé par dix ans de pouvoir, plusieurs pensent que le geste de M. Harper vise à séduire les Canadiens musulmans pour qu’ils votent pour son équipe. Chose contre laquelle se défend le père de la politique des quatre sœurs et ministre de la défense et du multiculturalisme, M. Kenney.

Que l’organisation de la cérémonie de rupture du jeûne au 24, promenade Sussex soit sincère ou une basse manœuvre électoraliste, une chose est sûre: le geste du chef conservateur marque un chapitre de l’histoire des relations entre les Canadiens musulmans et leur pays. Aucun premier ministre avant lui, libéral ou conservateur, n’avait invité de familles musulmanes dans sa résidence officielle pour la rupture du jeûne. Jamais! Autre élément d’une forte charge symbolique pour les Canadiens musulmans: les convives ont entendu l’appel à la prière du coucher du soleil au salon de la résidence du premier ministre. C’est à un médecin torontois qu'a incombée cette charge.

***

Que l’on soit pour ou contre l'initiative du premier ministre, reconnaissons lui une chose: il a fait preuve d'innovation en posant ce geste historique. Il aurait pu n’organiser aucune réception de rupture du jeûne à sa résidence officielle. Mais, il l’a fait. Marquant ainsi l’histoire des relations du pays avec ses citoyens de confession musulmane. À court terme, il serait surprenant qu’un tel geste ait une réelle incidence sur la structure du vote au sein de cette communauté en faveur du parti conservateur.

25 juin 2015



** Stephen Harper partage le repas de rupture du jeûne avec ses invités. Crédit de l'image: son site officiel: http://pm.gc.ca.


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

La Chronique de Aziz Enhaili, rédacteur en chef de Tolerance.ca
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter