Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Avigdor Lieberman: ''Décapiter à la hache'' les Arabes non loyaux à l’État d’Israël

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Avigdor Lieberman semble incapable de résister à la tentation de faire parler de lui en Israël et à l'étranger. À ses coups de gueule et ses manières peu diplomatiques, s'ajoute ce besoin de pousser chaque fois un peu plus loin les limites du choquant. Les considérations électoralistes du chef du parti d'extrême droite sont au coeur de sa démarche xénophobe.

Avigdor Lieberman (1958-) n’a plus besoin d’être présenté aux Arabes israéliens. Ils savent depuis longtemps que ce ministre des affaires étrangères de Benyamin Netanyahou s’est fait une spécialité des propos racistes quand il s’agit d’eux. Avec lui, ils font sans cesse les frais de cette démarche poussant chaque fois un peu plus loin les limites du choquant, sans offusquer pour autant son chef de gouvernement.

Entre nettoyage ethnique et décapitation à la hache des Arabes israéliens

Lors d’un rassemblement électoral tenu dimanche 8 mars au Centre Interdisciplinaire Herzlya, le chef du parti d’extrême droite Yisrael Beiteinu n’a pas hésité à tenir des propos très choquants. À ses yeux, tous les Arabes israéliens qui ne sont pas fidèles à l’État hébreu "méritent de se faire décapiter à la hache". Ce serait, selon lui, "le seul moyen de survivre comme pays" au Moyen-Orient.

Cette réflexion hyper violente a amené le député arabe israélien Ahmad Tibi de la "Liste arabe unie" à faire le rapprochement entre le leader d’extrême droite israélien et le groupe combattant État islamique (EI) et à parler à ce propos d’une version juive de l’EI. Il a également profité de cette occasion pour appeler les électeurs arabes à se mobiliser fortement pour élire le plus grand nombre de candidats de la "Liste" et barrer ainsi la route devant des candidats qualifiés par lui de "racistes et (de) fascistes." Et de les avertir: Plus forts nous serons, plus faible sera (la version juive de) l’État islamique" (Citation dans le Jerusalem Post, 9 mars). Pour rappel, la "Liste arabe unie" d’Ayman Odeh est fruit de l’unification en janvier de trois formations: Hadash, Balad et Ra’am-Ta’al. Selon un récent sondage de l’Université de Tel-Aviv, l’électorat arabe à l’intention de se mobiliser en nombre suffisant pour garantir à cette "Liste" 13 sièges à la Knesset.

La réflexion très controversée du dirigeant d’extrême droite est d'abord très dangereuse non seulement pour la sécurité physique des citoyens arabes de ce pays, mais également pour la paix civile en général. D'ailleurs, les premiers concernés pourraient un jour ou l'autre le poursuivre devant les tribunaux israéliens pour incitation au meurtre. Ensuite, cette pensée du ministre n'est pas de nature à redorer le blason d'Israël à l'étranger au moment où les décapitations d'otages par un groupe comme l'EI traumatisent le monde entier. Elle donne enfin une idée de l'irresponsabilité politique du chef de la diplomatie de Benyamin Netanyahou.

Avigdor Lieberman a également saisi l’occasion offerte par la campagne électorale en cours pour réitérer son appel connu de tous au nettoyage ethnique de l’État d’Israël de sa composante arabe: "Aucune raison pour qu’Umm al-Fahm fasse partie d’Israël." Il s’agit de la troisième ville arabe d’Israël. Elle est située au nord du pays.

Selon lui, les citoyens arabes n’ont aucune place en Israël: "J’ai tendance à vouloir faire don au chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas des Arabes qui brandissent le drapeau noir le jour de la nakba. Ce serait avec plaisir." La nakba (catastrophe) est le terme donné par les Palestiniens à leur exode massif qui s’est produit pendant la guerre de 1948. Ces Arabes de la Palestine du mandat britannique ont fui ou ont été expulsés de leurs villes et villages avant d'être par la suite empêchés d’y retourner par les nouveaux maîtres du jeune État israélien.

Pour ancrer dans les esprits israéliens son image d'homme de droite dure et intransigeante, le chef du parti Yisrael Beiteinu avait, le mois dernier, déclaré vouloir introduire un projet de loi à la Knesset de peine capitale pour les "terroristes" palestiniens.

***

Avigdor Lieberman est un dirigeant d’extrême droite qui ne rate aucune occasion pour faire des déclarations publiques hostiles aux Arabes israéliens et aux Palestiniens. De récents sondages ont indiqué que son parti devrait perdre des sièges le 17 mars prochain. Sous cette lumière, sa déclaration hautement controversée à Herzlya pourrait être interprétée comme un moyen trouvé par lui pour galvaniser le secteur anti-arabe parmi l’électorat israélien et éviter ainsi qu’il y soit doublé par Naftali Bennett, chef du parti d’extrême droite "Foyer juif" (Habayit Hayehudi).

11 mars 2015



* Le dirigeant israélien d'extrême droite Avigdor Lieberman.


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

La Chronique de Aziz Enhaili, rédacteur en chef de Tolerance.ca
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter