Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Le groupe CyberCaliphate s’en prend à Michelle Obama

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec le développement vertigineux des nouvelles technologies et des réseaux sociaux, le monde virtuel est devenu un nouveau champ de bataille entre belligérants. Les groupes terroristes y cherchent à exploiter les failles de la partie adverse pour lui infliger des dommages importants. En attaquant des sites de pays avancés technologiquement, les pirates informatiques de groupes terroristes cherchent également à tester les défenses de ''l’ennemi''.

Les combattants du groupe État islamique (EI) ne mènent pas leur guerre uniquement sur le terrain, en Irak et en Syrie. Mais, également sur Internet. Des hackers se réclamant de ce groupe et dénommés "CyberCaliphate" (califat virtuel) ont piraté plusieurs comptes et sites de grandes institutions américaines, civiles et militaires, et européennes. Des piratages chaque fois de courte durée. Le magazine "Newsweek" a été la plus récente cible du groupe "CyberCaliphate".

Une sanglante St-Valentin pour les Obama

Le mardi 10 février, le "Califat virtuel" a piraté le compte Twitter du célèbre magazine américain d’actualités "Newsweek" (@Newsweek). En tête du message posté sur ce compte, on pouvait lire "Je suIS IS" (l’acronyme anglais du groupe État islamique), un clin d’œil au slogan "Je suis Charlie" qui s’était répandu comme une trainée de poudre, au début du mois de janvier, sur les réseaux sociaux, après l’attaque du siège du journal satirique français "Charlie Hebdo" et l’assassinat de la quasi-totalité des membres de sa rédaction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans le même message, on souhaitait une: "Sanglante St-Valentin" à la Première dame des États-Unis, Michelle Obama, (Bloody Valentine’s Day #MichelleObama!), et on la mettait en garde: "Nous vous surveillons, vos filles et votre mari!" ("We're watching you, you girls and your husband!").

Dans un autre tweet mis en avant, on pouvait lire ce qui suit: "Au nom d'Allah (...), le califat virtuel poursuit son djihad virtuel sous le drapeau de l'Etat islamique". Et, au passage, on mettait en garde l’administration américaine: "Tant que les États-Unis et leurs satellites tuent nos frères en Syrie, en Irak et en Afghanistan, nous détruisons de l'intérieur votre système national de cyber-sécurité. Avec la permission d'Allah, nous continuons le djihad virtuel dans les systèmes informatiques du Pentagone."

Le magazine américain a repris le contrôle de son compte Twitter, quatorze minutes plus tard, de son propre aveu (Newsweek, 10 février 2015). Il l’a d’ailleurs annoncé sur son compte à ses 2,51 millions d'abonnés.

La police fédérale américaine, le FBI, a rapidement ouvert une enquête sur les menaces proférées par ces pirates informatiques contre les membres de la famille Obama.

Le même jour, le site web du journal américain International Business Times a été lui aussi piraté par le même groupe, semble-t-il. Tout comme le compte Twitter du Latin Times. Le mois dernier, les comptes Twitter et YouTube du CentCom (le commandement de l’armée américaine pour le Moyen-Orient) ont été eux aussi des cibles de ce groupe de pirates.

***

Le piratage pendant quatorze minutes du compte Twitter d’un des plus importants magazines d’information américains a montré la vulnérabilité de sa sécurité informatique. Il s’ajoute au piratage d’autres sites américains. Cette situation rend les autres joueurs nerveux. Du pain béni pour les compagnies de sécurité informatique. Tout comme pour un gouvernement américain qui cherche à pousser le Congrès à voter rapidement de nouvelles lois en matière de sécurité informatique.

15 février 2015



** Le groupe État islamique menace Michelle Obama et sa famille. Crédit de l'image: Le compte Twitter du magazine Newsweek.


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

État islamique
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter