Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

La religieuse québécoise Gilberte Bussière enfin libre!

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Dans plusieurs pays africains où les États sont incapables d’assurer à leurs ressortissants la sécurité, des groupes terroristes tentent d’imposer aux populations leurs lois à la pointe de leurs fusils. Ils se livrent à toute sorte de trafics criminels, dont l’enlèvement de ressortissants occidentaux. Des otages qui devraient par la suite être monnayés contre de généreuses rançons.

Le Continent africain souffre d’innombrables maux. L’incurie de ses classes dirigeantes en fait partie. La corruption généralisée aux services publics et à ce qui tient lieu de secteur privé aggrave le sentiment d’aliénation chez plusieurs dans cette partie du monde. Un état dont profitent des groupes terroristes ou mafieux pour commettre leurs méfaits. L’activité d’enlèvement de ressortissants occidentaux fait garnir, entre autres, le trésor de guerre de ces groupes criminels et fait par la même occasion répandre sur place peur et désolation et affaiblit encore davantage l’autorité de l’État, entre autres, au Cameroun.

Gilberte Bussière, une religieuse dévouée à la cause de l’éducation des ''petits''

Gilberte Bussière (74 ans) est une religieuse  du chapitre québécois de la Congrégation Notre-Dame (CND). La CND est une communauté religieuse catholique de femmes de foi apostolique dont la date de fondation par Sainte Marguerite Bourgeoys, une pionnière de la Nouvelle-France, remonte au milieu du XVIIe siècle. La religieuse québécoise est née en 1939 à Asbestos, en Estrie. Elle a enseigné dans des endroits comme Lac-Mégantic, Arthabaska et Victoriaville durant la période allant de 1959 à 1979. C’est à l’âge de 40 ans qu’elle a rejoint la CND et quitté le pays pour le Cameroun. Un lieu où son organisation avait neuf ans plus tôt ouvert un chapitre. Après Malak, d’autres chapitres se sont, l’un après l’autre, ajoutés à l’œuvre de la CND dans ce pays: Douvangar (1979), Kumbo (1993), Tchéré (1996), Ngaoundéré (1998) et Yaoundé (2004).

La religieuse québécoise s'est installée dans ce pays africain pour s'adonner, à travers différents chapeaux et tâches (directrice, conseillère, etc.), à sa vocation: l'éducation des filles. Un engagement de vie qui n'a pas dû plaire à plusieurs, dont les sectaires armés de Boko Haram. Un groupe terroriste qui s'oppose à toute instruction moderne destinée aux petites filles au Nigeria et qui n'hésite nullement à l'occasion à faire sentir sa présence également dans les pays limitrophes, dont le Cameroun.

Le 4 avril 2014, coup de tonnerre à la CND et au Diocèse de Vicenza dans le nord de l’Italie. Des hommes armés ont enlevé la sœur Bussière et les prêtres Giampaolo Marta et Gianantonio Allegri à Tchéré au nord du pays, à 800 km de la capitale. Jusque-là, aucune membre de la CND n’avait été enlevée.

Les kidnappings n'ont pas été revendiqués. Mais, cela n'a pas empêché Yaoundé de les imputer à Boko Haram.

Les autorités canadiennes ont, entre autres, sollicité leurs vis-à-vis camerounaises pour retrouver les trois captifs. Elles ont également maintenu les canaux de communication ouverts avec la congrégation québécoise et la famille de la religieuse.

Après 56 jours de captivité, les trois otages ont finalement été libérés dans la nuit du 31 mai au 1er juin. Un dénouement heureux qui s'est produit après plusieurs jours de négociation au Nigeria, lieu de leur rétention. C'est dans un village camerounais frontalier du pays de Boko Haram qu'ils ont été récupérés, selon la version camerounaise officielle...

Comme l'indique le communiqué de presse transmis à Tolerance.ca par Stéphanie Manseau, la coordonnatrice des communications de la CND, une immense joie mêlée de soulagement s'est emparée des membres de la Congrégation: ''C'est avec une joie immense que les Soeurs de la Congrégation de Notre-Dame ont appris tôt ce matin (1er juin, ndlr) la nouvelle de la libération de soeur Gilberte Bussière et des pères Marta et Allegri. (...) Nous nous réjouissons avec la famille de soeur Gilberte de la bonne nouvelle de sa libération.''

***

Maintenant que la religieuse québécoise est libre de ses mouvements, plusieurs questions se posent. La conférence de presse tenue ce lundi à Montréal par sa congrégation n'a d'ailleurs nullement permis d'y apporter des éclaircissements satisfaisants. L'identité de ses ravisseurs, les conditions et les circonstances de sa libération demeurent nébuleuses. À ce propos, on peut se demander si des éléments des forces spéciales canadiennes dépêchés au Nigeria pour prêter main forte aux efforts multinationaux visant à retrouver et à libérer les 200 jeunes filles enlevées par Boko Haram il y a plusieurs semaines, n'ont pas joué un rôle dans la remise en liberté des trois religieux catholiques. Aussi, avec le stress énorme subi par la religieuse durant sa captivité, qu'en est-il de l'avenir de sa mission au Cameroun?

2 juin 2014



* Cette photo est une gracieuseté de la CND. Qu'elle en soit remerciée.


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

La Chronique de Aziz Enhaili, rédacteur en chef de Tolerance.ca
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter