Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Scandale de dépenses injustifiées au Sénat

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Le Sénat est mal aimé des Canadiens. Plusieurs citoyens le jugent inutile et aimeraient le voir aboli. Les récentes affaires de scandale de dépenses injustifiées de quelques sénateurs ne sont pas de nature à redorer son blason et encore moins à rassurer la population sur la gestion des deniers publics par cette institution.

Odeur de scandale dans les couloirs du Sénat canadien. Depuis plusieurs mois, la chambre haute du parlement est aux prises avec des affaires de dépenses illégitimes de sénateurs issus des partis conservateur et libéral du Canada.

Mike Duffy et le scandale de dépenses injustifiées

En 2008, Stephen Harper avait désigné Michael Dennis "Mike" Duffy comme sénateur conservateur. Jusqu’à sa récente disgrâce, il était proche du bureau du Premier ministre.

L’ancien journaliste avait réclamé et perçu des allocations injustifiées pour sa résidence secondaire en Île-du-Prince-Edouard alors qu’il vit à Ottawa depuis de nombreuses années. La révélation de cette information a suscité le tollé au sein de l’opinion publique. C’est dans ce contexte que le chef de cabinet d’alors du Premier ministre lui a remis un chèque de 90 000 dollars pour qu’il l’aide à rembourser au Sénat les sommes indues. Nigel Wright s’est par la suite retrouvé dans une situation intenable et a dû démissionner de son poste.

Si M. Wright avait soutenu l’été dernier n’avoir pas mis le premier ministre au courant de cette transaction, le sénateur a fini, la semaine dernière, par l’entremise de son avocat, par déclarer que non seulement le bureau du premier ministre était au courant de ses dépenses, mais également qu’il les approuvait. À en croire le raisonnement de l’avocat du sénateur Duffy, cette volte-face serait due au mécontentement de la base conservatrice.

Comme si ce scandale ne suffisait pas à ébranler le château conservateur sur ses fondations, deux autres des sénateurs désignés par le premier ministre conservateur, Pamela Wallin et Patrick Brazeau, sont également empêtrés dans le scandale d'allocations touchées à tort.

Malgré la forte pression des partis de l’opposition au sein de la Chambre des communes, Stephen Harper est resté droit dans ses bottes. Il n'a nullement dérogé à sa ligne de défense: il n’a rien à voir avec ce scandale des dépenses injustifiées des trois sénateurs et ils doivent répondre de leurs méfaits et en rendre des comptes à qui de droit.

***

A quelques jours du prochain congrès du parti gouvernemental à Calgary, les conservateurs s’impatientent. Ils ont hâte de voir ce scandale s’éloigner. Le premier ministre a de son côté tout intérêt à se dissocier de cette dommageable controverse. Ayant bâti une partie de son capital politique sur la moralisation de la vie publique, il ne peut se permettre de se retrouver au milieu de ses partisans avec une image entachée par ce scandale.

28 octobre 2013



* http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Cansenate.jpg


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

La Chronique de Aziz Enhaili, rédacteur en chef de Tolerance.ca
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter