Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Vandalisme d’une mosquée au Saguenay

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Les grandes questions de société sont susceptibles de susciter des débordements et même des dérives. Le Québec n’échappe pas à cette règle. On l’avait vu lors du débat sur la question des ''accommodements raisonnables''. Le débat ouvert aujourd’hui sur la ''Charte des valeurs québécoises'' peut lui aussi y concourir.

Avant même sa publication, la ''Charte des valeurs québécoises'' a déjà suscité nombre de réactions. Elles sont loin d’être toutes positives. Un indice de la méfiance de plusieurs vis-à-vis des intentions du gouvernement péquiste. L’amélioration sensible de la cote de popularité du cabinet Marois et donc du Parti québécois suite à l’annonce de ce projet n’a fait qu’alimenter cette méfiance. De l’autre côté, on y a vu un pas dans la bonne direction. C’est en plein débat sur ce projet de ''valeurs québécoises'' qu’un incident est survenu samedi dernier dans le Québec profond.

''Message pour les islamiques!''

La mosquée de Chicoutimi a été aspergée de sang de porc. Comme si cette profanation d’un lieu de culte n’était pas suffisante, le ou les vandales ont laissé sur place une lettre intitulée ''Message pour les islamiques!'', au propos clairement islamophobe et haineux.

Grâce aux extraits de cette missive révélés par la Presse canadienne, on a appris par exemple les récriminations à l’endroit desdits ''Islamiques'': ''Pourquoi venez-vous dans notre pays si ce n'est que pour tenter de le changer à l'image du pays que vous avez fui?'' Pour éviter une telle issue, on leur demande d’abandonner: ''hijab, niqab, burqa, charia'' et de tourner le dos à leurs ''revendications primitives'' (sic). La missive leur demande aussi de cesser de se ''sentir en permanence humiliés''. Ces ''islamiques'' sont également appelés à choisir sans ménagement entre deux possibilités: ''intégrez-vous ou rentrez chez vous''. Pourquoi pas, semble croire les auteurs de la lettre, puisque les ''islamiques'' se seraient installés ''dans notre pays pour pouvoir fuir la dictature, la guerre, la violence, la haine et la mort, pour vivre heureux, en bonne santé et à l'abri de tout ce que (ils avaient) quitté''.

On n’a pas besoin d’avoir la tête à Papineau pour se rendre compte rapidement que l’auteur ou les auteurs de cette lettre n’avaient pas fait leurs devoirs avant de la rédiger. Nous nous contentons ici de quelques exemples.

D’abord, les fidèles de l’islam sont des ''musulmans'' et non des ''islamiques''.

Ensuite, tous ces ''islamiques'' ne sont pas des immigrants puisqu’ils accueillent en leur sein nombre de convertis issus de la population de souche. Encore, tous les ''islamiques'' ne sont pas des gens qui avaient fui ''la dictature, la guerre, la violence, la haine et la mort'' puisque la plupart d’entre eux sont arrivés au pays à titre d’immigrants reçus ou sont devenus résidents permanents une fois sur place. Enfin, leur présence sur le sol du pays ne se réduit pas à une quête passive du bonheur puisqu’ils contribuent, aux côtés de leurs compatriotes non musulmans, à la prospérité de la communauté nationale à laquelle ils se sont attachés et au développement d'un pays devenu le leur quand ils n'y sont pas nés.

Paranoïa et peur imaginaire

À ces aspects rhétoriques s’ajoute une dimension paranoïde. L’auteur ou les auteurs de la lettre véhiculent une conception complotiste des ''islamiques''. A les en croire, ces derniers poursuivraient un agenda caché, celui de l’islamisation du Québec et du Canada… Comment? En tentant de ''changer (notre pays) à l'image du pays'' qu’ils avaient ''fui'', à l’aide de la promotion d’éléments culturels ''islamiques'', tels que ''le hijab, le niqab, la burqa, la charia''.

Cette perception souffre de plusieurs biais. D’abord, comment ces ''islamiques'' peuvent-ils en même temps vouloir reproduire ailleurs ce qu’ils ont fui dans leurs pays d’origine? Comment pourraient-ils y arriver alors qu’ils ne représentent qu’un maigre 1,5% de la population québécoise (soit 108 620 personnes)? À cette faiblesse numérique s’ajoute d’autres contraintes structurelles constitutives des ''islamiques''. Cette population n’est nullement homogène. Elle est traversée par toute sorte de clivages, confessionnels, doctrinaires, rituels, nationaux, régionaux, etc. Elle est en plus loin de privilégier en majorité des comportements vestimentaires trop voyants. D’ailleurs, plusieurs ''islamiques'' comprennent les réticences de la société majoritaire vis-à-vis de signes culturels comme le niqab ou la burqa, qui quoi qu’on en dise, demeurent des faits marginaux.

La missive haineuse véhicule une peur imaginaire qui est loin d’être isolée. Elle s’inscrit dans le cadre d’une paranoïa cultivée par la droite identitaire occidentaliste. La chute de l’ex-bloc soviétique a laissé cette dernière orpheline d’un ''ennemi géopolitique'' de taille. D’où son empressement à faire de l’islam l’objet par excellence de ses fantasmes les plus inouïs. Faisons la fortune de l’hypothèse du choc entre les civilisations occidentale et islamique en particulier. Une orientation globale qui a profité aux figures populistes et n’a cessé de mettre sur la défensive les forces politiques traditionnelles en Occident. Les succès électoraux des partis d’extrême droite en Europe et du Tea Party aux États-Unis en sont des indices.

***

Ce geste de violence symbolique a révulsé plus d’un au Québec. D’où le concert de condamnations de membres de la classe politique, à commencer par deux figures éminentes du gouvernement, les ministres Bernard Drainville et Agnès Maltais. Sans oublier le maire de la ville où s’est produit cet incident haineux, Jean Tremblay. Ils sont tous conscients de la portée toxique de cette initiative isolée pour l’image du Québec dans le monde et pour le vivre-ensemble en son sein. Les Saguenéens en général et leurs concitoyens musulmans en particulier ne peuvent qu’être satisfaits de l’ouverture d’une enquête policière sur cette affaire haineuse et qui promet des suites puisque ses initiateurs ont averti que d’autres gestes suivront.

3 septembre 2013



* http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Chicou3.jpg


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

La Chronique de Aziz Enhaili, rédacteur en chef de Tolerance.ca
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter