Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

La langue comme outil de résistance

par
écrivaine et historienne

Il ne tient qu’aux consommateurs de marchandises importées de faire respecter leur langue : l’intérêt même des commerçants parlant la langue anglaise leur fait respecter cette langue par nécessité. Cette remarque tirée du journal montréalais La Minerve ne date pas d’hier, mais du 21 novembre 1836. Elle a pourtant un parfum résolument contemporain, puisqu’elle pourrait se transposer par exemple autour de la Loi 101, de l’affichage commercial ou de l’enseignement de l’anglais au primaire. L’éditeur ajoutait encore : Dans ce pays où la légalité des deux langues est reconnue, nous repoussons l’exclusion de la langue des habitants de la province et nous voulons comme droit et non pas comme faveur, la reconnaissance de la langue française.

 Offre spéciale !
Profitez d’un accès illimité à Tolerance.ca pour moins de 10 cents canadiens par jour (moins de 7 centimes d’euro).


Pour pouvoir lire la version intégrale de cet article, vous devez acheter un forfait d'abonnement. Si vous en avez déjà un, veuillez ouvrir une session.

Je veux m'abonner   |   Ouvrir une session



Chronique
Cet article fait partie de

Enquête dans l’histoire par Anne-Marie Sicotte

Lorsque la saga historique Les Accoucheuses l’a révélée au grand public, Anne-Marie Sicotte avait déjà une feuille de route impressionnante : deux monumentales biographies, plusieurs études historiques et deux romans. Détentrice d’un baccalauréat en histoire et en anthropologie, Mme Sicotte se... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Anne-Marie Sicotte
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter