Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Malala Yousufzai, Une icône des droits des enfants et des femmes au Pakistan

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Malala Yousufzai est un symbole de la lutte contre l’extrémisme islamiste au Pakistan. Elle a également lutté pour les droits des enfants et le droit des filles à l'éducation. Pour faire taire cette adolescente, le mouvement des talibans pakistanais (TTP) a tenté de l’assassiner. Mais au lieu de s'attirer les faveurs de la population des zones tribales du Nord-Ouest du pays, il a suscité, à son corps défendant, la sympathie populaire à l'endroit de sa jeune victime.

À l’instar de ce qui se passe dans le reste du Pakistan, la situation dans les zones tribales est instable. La guerre en Afghanistan depuis 2001, l’installation de membres du réseau terroriste international Al-Qaïda dans des zones tribales difficiles d’accès et le programme d’assassinats ciblés, à l’aide de drones américain, de dirigeants jihadistes des deux côtés de la frontière, l'incurie du gouvernement d'Islamabad et la cooruption endémique localement n’ont rien arrangé à cette situation. Les alliés d’Al-Qaïda au sein du Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP, Mouvement des talibans du Pakistan) ont cherché à mettre à profit cette situation pour imposer par la force leur agenda ultraconservateur à des populations des zones tombées sous leur férule. Et à faire taire toute voix qui oserait leur résister.

Une rose lumineuse dans le désert taliban à Swat

Malala Yousufzai est une adolescente pakistanaise de la ville de Mingora (province de Swat). Elle est née en 1998.

Elle s’est fait connaître dans son pays et à travers le monde en 2009, alors qu’elle n’avait que 11 ans! À l’époque, elle publiait un blog, ''Le Journal d'une écolière pakistanaise'', hébergé sur le site en ourdou de la BBC, sous un pseudonyme: Gul Makai. Elle y décrivait les violences commises par le TTP dans la vallée de Swat pour faire taire leurs opposants et empêcher les petites filles d’aller à l’école. Egalement, elle y plaidait en faveur des droits des filles à l’éducation.

En guise de reconnaissance de son combat pacifique en faveur des droits de la personne dans sa région, le gouvernement pakistanais lui a décerné en 2011 la plus haute distinction civile du pays: le ''Prix national pour la paix''. Elle est son premier récipiendaire. L’aura de cette figure de proue du droit des enfants a traversé les frontières de son pays au point où on a proposé son nom à la fondation hollandaise Kids Rights pour figurer sur la liste des enfants candidats à son ''Prix international des enfants pour la paix''. Même si elle n’a pas remporté ce prix, le fait de figurer sur cette liste est en soi une reconnaissance internationale de l’importance de son combat pacifique en faveur des droits des enfants.

Tentative d’assassinat de la jeune icône nationale

Le 9 octobre, le TTP a mis ses menaces de mort à exécution. Des assaillants talibans ont essayé d’assassiner l’adolescente.

Pour justifier son geste terroriste, le TTP a tenté de dresser d’elle un portrait des plus négatifs dans un pays comme le Pakistan où le sentiment antiaméricain est très répandu. À en croire son porte-parole, Ehsanullah Ehsan, elle aurait «un esprit laïc, pro-Occident, anti-Talibans» et pour ne rien arranger à son affaire, toujours selon M. Ehsan, elle disait que le président américain «était son idole» (Cf. dépêche de l’AFP, 9 octobre 2012). Mais, depuis quand le fait d'exprimer une opinion n'allant pas dans le sens voulu, côté TTP, donnait à celui-ci le droit d'éliminer le ''fautif''?

Mais cette tentative grossière de communication a tourné court. Au lieu d’obtenir l’assentiment de la population à son geste extrême, le TTP s’est attiré la colère de larges secteurs de la population à Swat et ailleurs au Pakistan. C'est pourquoi plusieurs manifestations se sont déroulées spontanément dans plusieurs villes pour dénoncer le TTP et prier pour la survie de la victime. Aussi, plusieurs réseaux sociaux ont vu le jour en signe de solidarité avec la jeune bloggeuse, dont un a l'appui de 47 235 fans.

Le président Asif Ali Zardari ainsi que le chef d’état-major des forces armées, le général Ashfaq Parvez Kayani, ont eux aussi condamné la tentative d’assassinat. Aussi, une cinquantaine d’Oulémas (savants religieux) ont considéré le geste taliban comme non-islamique. Ce qui revient à lui retirer toute caution religieuse.

**

Qu’elle survive avec ou sans séquelles, la vie de Malala ne sera plus la même. Aussi, le quotidien de la famille Yousufzai sera irrémédiablement bouleversé. Dans un pays comme le Pakistan, l’adolescente ne sera en sécurité nulle part. En cas de rétablissement, le mieux qu’elle puisse faire à court terme est de se réfugier à l’étranger, loin du Pakistan, le temps de digérer le choc de l'agression et poursuivre ses études. Quitte à retourner plus tard dans son pays pour participer à son développement.

14 octobre 2012



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter