Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Maroc: Agression du journaliste Ali Lmrabet par des policiers

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Le journaliste marocain Ali Lmrabet a été agressé par des policiers à Tétouan. Une agression qui s’est produite après la publication par son magazine d’un article relatif à la présence aux Jeux Olympiques de Londres du général Hosni Benslimane. Un homme recherché par la justice française dans le cadre de l’affaire de la disparition du leader de gauche Mehdi Ben Barka.

Ali Lmrabet est un journaliste marocain. La ligne éditoriale de ses magazines ''Demain'' et ''Doumane'' n’a pas été du goût du régime autoritaire de Mohamed VI. Elle lui a valu la détention et en 2005 une interdiction de dix ans d’exercice de son métier de journaliste au Maroc! Tout comme d’autres journaux et hebdomadaires, ses deux publications ont été elles aussi interdites. Leur ''crime''? Toucher aux tabous, lesdites ''valeurs sacrées'', de la monarchie alaouite.

Et ça recommence…à Tétouan

Comme Ali Lmrabet l’a expliqué à Tolerance.ca, tout a commencé dans la nuit du vendredi à samedi, le 11 août dernier, à Tétouan, une ville du nord du Maroc, lieu de sa résidence. «Un ivrogne, bouteille de vin en main (en plein mois de Ramadan!), a attaqué ma maison vers 1h00 du matin. En dépit de mes plaintes réitérées auprès de la préfecture de police, aucun élément des forces de l’ordre n’a daigné se présenter chez moi». À 6 heures du matin, le journaliste a constaté que le fauteur de troubles était toujours sur les lieux.

Quand on sait la gravité au Maroc des chefs d’accusation d’attaque caractérisée contre les biens privés et se trouver en état d’ébriété ou en train de consommer de l’alcool sur la voie publique en plein mois de Ramadan, un mois sacré de jeûne, on ne peut qu’être étonné de la passivité de la police. Celle-ci aurait dû, comme le prévoit la loi, se rendre sur les lieux, ouvrir une enquête, constater les faits et tenter de confronter la version du plaignant à celle de la partie adverse, tout en interrogeant d’éventuels témoins. Facteur aggravant: au moment des faits, la police ne pouvait justifier son indifférence par un quelconque manque d’effectifs, puisqu’en raison de la présence du roi à Tétouan au cours de cette période, les forces de l’ordre ont vu leurs effectifs grossir significativement.

M. Lmrabet a également raconté à Tolerance.ca que sa mésaventure avec la police ne s’est pas arrêtée là.

Le lendemain, toujours selon le journaliste, il a été, vers 1 heure 30 minutes du matin, «pris à partie, insulté et agressé physiquement par trois policiers devant des dizaines de témoins». L’un des trois agents de la force publique lui a également «vidé les poches et a confisqué» une somme d’argent de «200 dirham (l’équivalent de 20 dollars américains, ndlr) et la carte d’identité nationale». Sur les lieux, on a, toujours selon ses dires, refusé de noter ses affirmations et un des policiers l’a même «menacé de mort».

Comme il l’a expliqué à Tolerance.ca, M. Lmrabet s’est rendu à la préfecture de police pour porter plainte contre les policiers qui l’avaient agressé. Mais, sous prétexte de l'absence de l'inspecteur responsable de la permanence, le policier qui a rédigé le procès-verbal, ne lui a finalement donné ni une copie de la plainte ni son numéro d’identification. Un refus qui va à l'encontre de la procédure en la matière.

Hosni Benslimane, un général sous le coup d’un mandat d’arrêt international

La nouvelle mésaventure du journaliste a fait le tour de la blogosphère marocaine. Tous voulaient en savoir la raison. Faute de mieux, les suppositions ont fusé de toute part. On a un moment présumé que cela était dû à la publication d’un article par le magazine électronique de M. Lmrabet, ''Demainonline.com'', où il est question de «La police marocaine au service de l’ambassadeur d’Israël».

Sans être dans le secret des dieux, l’auteur de ces lignes n’a pu s’empêcher de mettre son grain de sel dans cette ''soupe chaude''.

Un élément est troublant.

Sans aller jusqu’à affirmer l’existence d’une relation causale entre la mésaventure du journaliste et celle d’un personnage clé du régime marocain, force est de constater que le calvaire de M. Lmrabet s’est produit après la publication dans les colonnes de son magazine d’un article intitulé «Le général Hosni Benslimane à Londres. Que fait Scotland Yard?». Son auteur a révélé la présence du général de corps d’armée et commandant de la Gendarmerie royale à Londres à titre de président du Comité national olympique marocain. Tout en rappelant au passage une partie controversée de son passé. Comme il fallait s’y attendre, le juge français Patrick Ramaël a saisi cette occasion pour demander à Scotland Yard de le «retenir». Pour la petite histoire, le magistrat français tente depuis 2006 d’entendre le militaire dans le cadre de son enquête sur l’affaire de la disparition de Mehdi Ben Barka, le leader charismatique de la gauche marocaine. En vain! Excédé, il a lancé le 22 octobre 2007 des mandats d’arrêt international, dont un le concernant, et les a transmis à Interpol. Mais coup de théâtre: 24 heures plus tard, le parquet parisien les a retirés pour «information incomplète»…

Pour éviter l'embarras de l’arrestation, le général Benslimane a précipitamment quitté la Grande-Bretagne et a regagné son pays. Mais cette ''fuite'' ne permettra pas de le discupler du soupçon d'être au fait de ce qui s'était passé ou peut-être pire d'avoir été associé d'une façon ou d'une autre à la tragique affaire Ben Barka. D'ailleurs, la récente adoption par les députés marocains d'une loi garantissant l'immunité aux forces armées ne changera rien à l'épée de damoclès qui pend au dessus de sa tête si d'aventure il décidait de partir en voyage en Europe par exemple. C'est pourquoi il ferait mieux de collaborer le plus tôt possible à la commission rogatoire du juge Ramaël.

**

La mésaventure du directeur de Demainonline.com n'est pas passée inaperçue. Elle a elle aussi fourni l'occasion de soumettre les prétentions démocratiques de la Constitution octroyée par Mohamed VI en 2011 au principe de la réalité. Montrant les limites de la rhétorique officielle.

17 août 2012



Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 5 réactions.

Poster une réaction
Vérifier vos sources
par yahia le 17 août 2012

Cette information a été publiée par l'intéressé même. Il joue la victime en surfant sur la méconnaissance des gens au sujet du Maroc et sur les clichés...  Nous autres marocains c'est une info nous fait bien rire car au Maroc les policiers ne viennent pas tabasser les gens.  Bien au contraire, on les a vus protéger des gens qui méritent d'être tabassés..  sinon comment se fait-il qu'aucun média marocain ne s'intéresse à ce genre d'information. car c'est de l'intox  mais il y a toujours des sites comme vous qui la relaye..

Vive le roi mais loin du peuple
par Marocain le 17 août 2012

ce roi predateur, c'est la cuase de tt les mauts au maroc.

je suis decu de voire que les gens s'enfoutent, donner un semblanc du pouvoir a un president sans aucune autorite, c'est du foutages de g tt simplemnt, quand les marocain verrons la verite en face?

Ali Lmrabet paye cher, trop cher
par Société civile le 21 août 2012

 

Bonjour,

L’un des problème au pays du soleil couchant n’est pas seulement le sultanat makhzenéen absolu (d’aucuns diront exécutif ) de “droit” “divin” avec auto-désignation par primogéniture mâle, c’est aussi la collusion d’intérêts entre une infime minorité qui détient tous les pouvoirs et toutes les richesses.

Ce beau monde (palais, “fassis”, officiers supérieurs …) se tenant bien par la barbichette: “je te laisse t’enrichir et en échange tu perpétues le régime”: perpétuation qui est la seule finalité du makhzen (qu’on pourrait traduire par le magasin, l’entrepôt, bref le tiroir caisse).

Le makhzen ,dont l’épicentre est le palais, n’est pas un état mais plutôt un mélange de ploutocratie corrompue et de serviteurs zélés non moins corrompus. Un seul moyen pour tenir en respect le peuple: la peur . hassan ben mohamed el alaoui a permis grâce à des assassinats restés impunis (Rif 58-59, Ben Barka, purges dans l’armée après plusieurs tentatives de putsch,…) que son fils règne et gouverne depuis 13 ans sans opposition car 2 générations d’opposants ont été décimées.
Ne gâchons pas la troisième génération dont Ali Lmrabet mentionné ici constitue l’un des fers de lance!

Ali Lmrabet a toujours pris des risques, tous les internautes qui souhaitent plus d'égalité et de justice également. Il faut savoir que tous les opposants sont tracés y compris par les techniques réseaux très intrusives comme le DPI, techniques vendus par des sociétés françaises qui ont pignon sur rue. Ces sociétés  ont déjà été épinglées dans d'autres pays comme la Libye. La raison d'état et les intérêts économiques font fi des peuples et de leurs aspirations.

En retour le makhzen sait également récompenser ses amis de l'étranger, journalistes y compris, par des séjours tous frais payés et autres avantages sonnants et trébuchants parfois très discutables moralement.

On l’aura compris, yahia est l’un des serviteurs zélés, chargé de référencer les articles étrangers indépendants sur internet.

La réalité marocaine elle est bien triste
par KHACHKHOUCHE MIMET le 28 août 2012

Société civile à répondu à toutes les questions du royaume enchantée de momo 06 notre jet-sky adoré est adorable qui prend  pour conseiller un Gaouri de la trempe de Sarkozi qui tappe sur l'arabe  quel sera le chéque mensuel  20 000 rutoos par mois

Nous espérons que tôt ou tard le peuple se prendra en charge

La renaissance des sahraouis
par sarroudi mohamed le 29 octobre 2012

Encore une fois notre bon maroc est désavoué et notre petit roi de pacotille  se retrouve le nez dans la farine  Monsieur Christofer Roos est de retour pour l'organisation du référendum d'autodétermination du peuple Sahraoui  Malgrés l'épais brouillard et l'environnement malsain des médias promarocain le Peuple sahraoui triomphe et fait entendre sa voix  et son aspiration à vivre libre indépendant

Poster une réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

La Chronique de Aziz Enhaili, rédacteur en chef de Tolerance.ca
par Aziz Enhaili

Aziz Enhaili est spécialiste du Moyen-Orient, de l’islam et de politique étrangère. Il est contributeur irrégulier au volet «voisinage» du groupe Europe2020. Il s’agit d’une unité européenne dédiée à la recherche dans le domaine de prospective internationale. Il  a contribué à trois... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Aziz Enhaili
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter