Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Le Forum mondial de la langue française à Québec

par
Rédacteur en chef, Tolerance.ca, membre de Tolerance.ca®

Le Forum mondial de la langue française se tient à Québec du 2 au 6 juillet 2012. Une première pour la Vieille-Capitale. L’occasion de se pencher sur la situation  actuelle du français et penser son avenir dans un monde où sont à l’œuvre les forces de la globalisation.

Du 2 au 6 juillet se tient dans la capitale nationale de la Belle province le premier Forum mondial de la langue française. A cette occasion, un millier de participants en provenance de 100 pays des cinq continents se sont réunis au Palais des congrès. En raison de la formule adoptée pour le Forum, les participants sont surtout des représentants de la société civile, dont la plupart sont âgés entre 18 et 30 ans. Si l’idée de ce Forum a été adoptée en octobre 2010 par les chefs d’État et de gouvernement de la Francophonie lors du Sommet de Montreux (Suisse), elle est en réalité due au secrétaire général de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). D’ailleurs, Abdou Diouf était de ses travaux avant de quitter précipitamment le Canada.

«Nous devons être des indignés linguistiques!»

En lançant son invite aux congressistes: «Nous devons être des indignés linguistiques!», l’ancien président sénégalais ne faisait que dire tout haut ce que plusieurs pensent tout bas. C’est d’ailleurs cette inquiétude qui a agi comme catalyseur et fait de la question de la place et de l’avenir de la langue française dans le monde l’enjeu du Forum de Québec au moment où la mondialisation et les nouvelles technologies de communication bouleversent la rythmique du monde.

Sous le chapeau ''Le français par quatre chemins'', on s’est penché sur quatre thématiques. D’abord, l’économie, le travail et la formation. Ensuite, les références culturelles. Encore, le nouvel univers numérique. Enfin, l’apport de la diversité à la richesse linguistique.

Le premier volet pose la question de la place de la langue française dans un monde globalisé. Il cherche à réfléchir au moyen d’empêcher de tomber dans ce que M. Diouf appelle le ''ghetto linguistique''. Pour approfondir la réflexion dans ce domaine, plusieurs participants se sont répartis entre six ateliers: 1) la vitalité du français dans les milieux du travail, 2) l’épanouissement du français dans le monde des affaires, 3) les réseaux professionnels francophones, 4) la recherche et la diffusion du savoir francophone à travers le monde, 5) le français comme vecteur de mobilité sociale de ses locuteurs et 6) l’enseignement de la langue française à la lumière de la diversité linguistique.

Le deuxième volet s’articule autour de l’idée-force de la langue comme outil d’expression de l’identité d’une société. Pour creuser cette idée, plusieurs participants ont rejoint trois ateliers: 1) l’état des industries culturelles francophones (édition, livre et chanson en français), 2) la formation des participants à des pratiques culturelles francophones (slam, poésie, twittérature…) et 3) le rôle international de la langue française comme vecteur de paix et de dialogue entre les civilisations.

Le troisième volet se penche sur la question de l’impact du nouvel univers numérique sur les sociétés et la façon de faire pour que la langue française y trouve elle aussi son compte et sa place pleine et entière. En raison de l’importance de l'impact de la Révolution 2.0, plusieurs congressistes se sont retrouvés dans quatre ateliers: 1) le renforcement de la présence du française sur la Toile, 2) l’enjeu de la gouvernance du français sur le net, 3) les profits à tirer des outils numériques pour la francophonie et 4) l’utilisation des outils numériques dans l’enseignement de la langue française.

Le dernier volet du Forum concerne la question des vertus de la diversité linguistique pour un monde de coexistence culturelle et donc linguistique. Les participants intéressés à cette question se sont répartis entre quatre ateliers: 1) la reconnaissance de l’importance des enjeux culturels à l’ère de la mondialisation, 2) l’apport de la diversité linguistique au français, 3) le multilinguisme comme vecteur de revitalisation de la langue française et 4) des témoignages de la vitalité de la langue française dans une situation de minoritaire.

**

La diversité et la masse critique de l’assistance réunie au Forum de Québec est un signe qui ne trompe pas. Cela montre les inquiétudes qu’a fait naître le globish dans la francophonie mondiale. D’ailleurs, il faut être aveugle (ou inconscient) pour ne pas voir le recul enregistré ces dernières années par la langue française au niveau international. Reste à espérer que la jeunesse réunie en nombre dans la Vieille-Capitale relève le défi qui se pose à la francophonie. Mais chose certaine: le fait de prendre conscience du danger qui guette la francophonie à l'ère de la mondialisation est en soi une chose positive et un pas dans la bonne direction.

5 juillet 2012



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter