Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

« Je suis Noir » est le fruit d’un agacement

Mon poème « Je suis Noir » est le fruit d’un agacement. Chaque fois qu’on m’a appelé homme de couleur, j’ai ressenti une certaine contrariété, une irritation même, sans toujours savoir pourquoi cette expression me gênait tant. C’est au cours d’une discussion avec mes étudiants que tout s’est clarifié. Précisément quand l’une d’entre elles, après avoir dit « Les Noirs », s’est reprise : « pardonnez-moi, je veux dire les gens de couleur... » Je me suis dit qu’il s’en trouve encore d’assez innocents (pour utiliser un euphémisme) pour penser qu’être Noir était une insulte. Du coup j’ai compris tout ce que l’expression gens de couleur avait de condescendant, d’injurieux même. Il s’en suivra une vive discussion sur la race et le poids des concepts. C’est ainsi que le lendemain naîtra « Je suis Noir ».

 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je suis Noir

 

Je suis Noir et je respire.

Je suis Noir comme ce cirage de marbre sur des godasses de cuir

Qui reflète, intense, les rayons du soleil.

Comme une nuit sans étoiles,

Qui gobe, insatiable, les scories de l’aube, les défauts du monde.

Noir dans ma peau d’ébène.

Noir jusqu’au tréfonds de mon cœur d’où coule et s’écoule la pureté de l’âme.

Noir dans mes entrailles qui jadis conçurent la naissance du monde.

Noir

 

Je suis Noir et je captive la vie.

Je suis Noir pour la vie, dans la vie, sur la vie.

Cirage, godasse, cirage et godasse.

Cirage qui d’un pas assuré enjambe, ricanant, le terrible trépas

Godasse, cirage, godasse et godasses.

Cirage de chaleur, de lumière, de ténèbres.

Cirage d’étincelles qui luisent en éclairs dans la surface des nuages.

 

Je suis Noir comme la surface du monde.

Noirceur placide des abîmes des eaux

Noirceur de l’étendu céleste,

Qui cracha autrefois souffre et cendres pour occuper la vie.

Souffre, cendres et peuplement du vide.

Lune, étoiles, Jupiter et Saturne.

Saturne et éclatants ténèbres.

 

Je suis Noir et lumière, grondements et silence.

Noir dans la vallée de la vie, dans ses sinistres montagnes, ses collines, ses plaines.

Noir dans le regard de mon être sans reflet ni écho.

Dans mes paisibles pas, qui cheminent innocents vers la frontière du monde.

Noir comme le firmament profond, qui flâne majestueux dans les hauteurs de mon cœur.

Je suis Noir dans mes gencives, jusqu’au creux de mes dents blanches.

 

2012-06-27



Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 1 réaction.

Poster une réaction
"Je suis noir" est le fruit d'un agacemment
par Fouad le 28 juin 2012

J’ai beaucoup apprécié cet article et ce poème.

Dans les milieux huppés, le noir est associé à l'élégance. Le noir se marie quasiment à toutes les couleurs et pour un peintre, il est indispensable aux mélanges. Il est  parfois associé au deuil, à la tristesse, à la pauvreté ou parfois à l’insécurité.

Pourquoi le racisme et l'intolérance ? Le monde n’a pas encore su tirer les leçons des tragédies passées que sont l’esclavagisme et le nazisme dans une Europe civilisée et humaniste. Le racisme est devenu sournois et difficile à cerner. Le racisme touche plusieurs races et religions et l’intolérance est encouragée par des médias alarmistes et des politiques  qui véhiculent des messages d'insécurité au quotidien et y trouvent leur compte.  Malgré toutes les bonnes volontés, il reste des traces de sa présence. En France, il est difficile de trouver du travail ou un logement quand on est noir ou arabe. Des émissions télés avaient piégé des employeurs et filmés des comportements inacceptables au 21ème siècle. J’ai lu ce poème ci-dessous diffusé par un bloggeur sur internet et qui manifeste toute son amertume  et son mal de vivre dans une société qui se dit humaniste, sociale et des droits de l’homme.

Quand je suis né, j'étais noir.
Quand j'ai grandi, j'étais noir.
Quand j'ai peur, je suis noir.
Quand je vais au soleil, je suis noir.
Quand je suis malade, je suis noir.
Tandis que toi 'homme blanc',
quand tu es né, tu étais rose,
quand tu as grandi, tu es devenu blanc,
quand tu vas au soleil, tu deviens rouge,
quand tu as froid, tu deviens bleu,
quand tu as peur, tu deviens vert,
quand tu es malade, tu deviens jaune,
et après ça tu as le toupet de m'appeler 'homme de couleur' ?

On choisit sa religion mais on ne choisit pas sa race ni sa couleur. L’article 1 des droits de l’homme stipule : Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

L’apprentissage de la tolérance et de la fraternité doivent commencer à la base, à la maison et à l’école. Lorsque tous les êtres humains sauront agir dans un esprit de fraternité et de partage partout dans le monde, sans calculs ni intolérance, alors ce monde deviendra plus paisible pour tous.

Poster une réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter