Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Québec. Les revendications étudiantes reçoivent peu d’appuis du milieu artistique québécois

par
Ph.D., Université de Montréal, Directeur, Tolerance.ca®

Le conflit étudiant au Québec a marqué mardi 22 mai 2012 son centième jour de grève. Plusieurs milliers de personnes de tous âges ont joint les jeunes qui manifestent sans arrêt depuis trois mois dans les rues de Montréal contre la hausse de frais de scolarité.

Les manifestants plus âgés semblaient toutefois s’opposer davantage à la Loi 78 qu’à la hausse des frais de scolarité, une loi qui brime sévèrement, selon plusieurs organismes de défense des droits, les libertés fondamentales, dont le droit de manifester.

Quoique l’Union nationale des écrivains québécois ait dénoncé aussi la loi d’exception, le soutien du monde culturel et artistique québécois aux revendications étudiantes a été plutôt faible, sinon existant.

À l’exception du cinéaste Xavier Dolan et, il y a quelques jours de la chanteuse Arianne Moffat, aucun autre artiste québécois (1) n’a manifesté publiquement son appui au mouvement étudiant, alors que les jeunes constituent le public privilégié des humoristes et chanteurs du Québec.

Cela est d’autant plus étonnant que samedi dernier, les étudiants québécois ont reçu l’appui du groupe rock anglophone de Montréal, Arcade Fire, dont les membres portaient tous le carré rouge, symbole des étudiants québécois, lors de leur prestation à la populaire émission de télévision, Saturday Night Live que regardent des millions de téléspectateurs. Le légendaire Mick Jagger des Rolling Stones, qui participait aussi à l'émission, portait une chemise rouge.

On sait qu’au Festival de Cannes, le cinéaste québécois Xavier Dolan et toute son équipe arboraient également le même carré rouge. Le réalisateur américain Michael Moore s’est lui aussi déclaré en faveur du mouvement  étudiant québécois.

Les grands journaux français ont tous couverts aujourd’hui la manifestation monstre qui avait lieu à Montréal mardi 22 mai.

On sait que le gouvernement libéral de Jean Charest a adopté vendredi dernier la Loi 78 suspendant les cours jusqu’au mois d’août 2012 dans de nombreux établissements collégiaux et universitaires affectés par la grève étudiante qui dure depuis trois mois.

La Loi 78 exige des organisateurs de manifestations de plus de 50 personnes à soumettre à la police le parcours de la manifestation au moins huit heures à l'avance, au risque d’encourir de lourdes amendes.

Selon le ministre québécois de la Sécurité publique, la Loi 78 n'empêcherait pas les manifestations, elle serait «là pour les encadrer».  »En France, a déclaré le ministre, il faut un permis 20 jours à l'avance, à Londres un avis six jours à l'avance, à Genève 30 jours à l'avance».

Plusieurs syndicats et organismes ont dénoncé la loi et déclaré leur intention de la contester devant les tribunaux. La Loi 78 demeurera en vigueur jusqu’en juillet 2013.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans les rues de Montréal dès 15H00 (19h00 GMT) de manière pacifique. La police de Montréal a déclaré «tolérér»  cette manifestation.

Des manifestations de soutien devaient avoir lieu à New-York et à Paris.

Selon un sondage du Journal de Montréal, 51 % de la population serait d’accord avec la hausse des frais de scolarité, mais 53 % désapprouveraient  l’adoption de la loi d’exception la jugeant trop sévère. 

Les participants aux forums en ligne de Radio-Canada ne se montraient pas non plus en faveur des manifestants.

Une étude rendue publique par le quotidien de Toronto, National Post, révèle que les coûts moyens des études postsecondaires au Québec seraient les moins élevés au Canada. Les coûts seraient même inférieurs à ceux en vigueur à Terre-neuve, la province la plus pauvre du Canada ($2,519 versus $ 2 649).

Pour consulter l’étude :

Raymond Bachand, le ministre des Finances du gouvernement Charest, a annoncé le 20 mars dernier la hausse des droits de scolarité universitaires dans son budget de 2012-2013. Ceux-ci augmenteront de 254 $ par année à compter du trimestre d’automne 2012, et ce, pour sept ans plutôt que sur cinq ans, tel qu'initialement prévu. Ceci constituait une proposition du gouvernement faite en avril aux associations étudiantes, ce qui ne  modifiiait pas la hausse totale de 1625 $. Cette offre a été refusée par les étudiants.

Toutefois, selon plusieurs études indépendantes, les frais de scolarité demeurent parmi les plus bas au Canada.

http://www.droitsdescolarite.com/fr/combien.php

Par ailleurs, les étudiants en grève ne représentent que 30 % de la population totale étudiante.

22 mai 2012

1. Parmi les appuis tardifs et timides provenant du milieu artistique, signalons que l'interprète-compositeur Michel Rivard a aussi soutenu les étudiants en se joignant à la manifestation du mardi 22 mai 2102. (V.T., 23 mai, 2102)

Mise à jour 25 mai 2012

 



* Image: Wikipedia.org


Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 4 réactions.

Poster une réaction
Un Québec fou (furieux à cause) de ses enfants
par Michel Gourd le 22 mai 2012

 

Le rapport du Groupe de travail pour les jeunes, intitulé Un Québec fou de ses enfants qui a été publié par le ministère de la Santé et des Services sociaux en 1991 traitait des problèmes vécus par les jeunes et proposait des mesures à prendre pour en prévenir l’apparition ou en diminuer l’ampleur.

Ce rapport a définitivement été jeté à la poubelle vingt et un ans plus tard alors qu’au lieu de réduire les situations de négligence, le gouvernement québécois s’est résolu à mettre des centaines, voire des milliers, de ses jeunes en prison pour leur participation à des manifestations contre l’augmentation des frais de scolarité.

Au lieu de la concertation, l'implication des communautés locales et à la prévention proposée dans le rapport, le gouvernement utilise les cordons policiers, les gaz et les matraques. On insistait dans le rapport sur le fait que les sommes investies dans la prévention se révéleront économiquement et socialement très rentables à long terme. C’est une vérité qui reste. À cause des actions de ce Québec fou furieux contre ses enfants, les sommes investies dans la répression se révéleront économiquement et socialement très dommageables à long terme.

Ignorance désolante
par DALTON le 23 mai 2012

Pour ma part ce qui m’a le plus désolé, a été d’entendre le support inconditionnel au boycott étudiant anarcho-communiste, de Paul Picher.

J’ai l’impression que plusieurs n’ont pas pris la peine et l’effort de prendre connaissance de la loi spéciale 78, avant d’émettre une opinion tranchée.

Aucun droit et liberté ne sont aliénés dans cette loi spéciale 78, au contraire elle donne le droit et la liberté aux étudiants qui veulent recevoir les cours, dont ils sont légitimés à recevoir pour sauver leur session et pour comprendre cela il faut avoir la rigueur de prendre connaissance de la dite loi spéciale 78.

http://profscontrelahausse.org/wp-content/uploads/2012/05/12-078sf.pdf

Nous somme en présence d’une partie de cette jeune génération qui a toujours tout eu sans effort et qui n’a jamais eu à faire face à un refus.

Basta !...il y a des coups de pied au cul, qui se perdent au Québec.

Bravo ! au travail difficile des policiers pour le maintien de l’ordre publique et la paix sociale.

Présidente du Conseil de la culture de l'Estrie
par sylvie luce Bergeron le 23 mai 2012

Contrairement à ce que laisse entendre l'article de Victor Teboul, les artistes participent à leur manière aux différentes manifestations des derniers jours au Québec.  Prenons pour preuve les écrivains qui comptent parmi la confrérie des artistes.  Allez lire leurs commentaires sur différentes sites internet, sur Facebook, sur Twitter.  Celui par exemple d'Écrivains contre la hausse, et vous constaterez qu'ils sont nombreux à prendre position dans le débat qui oppose les étudiants et le gouvernement.  Que dire aussi de Dominic Champagne, Yvon Roy, Jean Barbe, Michel Vézina, Urbain Desbois, Bizz, Jamil, Jean-Claude Germain, Armand Vaillancourt... qui ne tarissent pas de plaidoyers pour la démocratie, la justice, l'écoute, l'équité. 

Comme représentante des artistes en Estrie, je peux affirmer qu'ils sont nombreux à manifester dans les rues, à porter le carré, rouge, noir ou blanc; ils participent à des rassemblements de tout ordre et  chez nous, ils sont très présents dans l'espace public.     

Sylvie L. Bergeron, présidente du Conseil de la culture de l'Estrie

--------------

Réponse de Victor Teboul

Mon article ne laisse pas entendre que les revendications étudiantes reçoivent peu d’appuis du milieu culturel et artistique québécois : il l’affirme. Les quelques noms cités représentent très peu les artistes qui attirent les foules au Québec, tels que les Éric Lapointe, Marie Laberge, Dany Laferrière, Wajdi Mouawad, Cœur de pirate, Dan Bigras, etc. 

Que des artistes affichent leur appui sur des réseaux sociaux à la mode et de manière isolée ne constitue nullement une mobilisation massive d’appui. Aucun événement public de soutien – concerts ou lectures publiques – n’a été annoncé à ce jour visant à apporter un appui financier et moral aux revendications des étudiants dont la grève dure depuis plus de trois mois. 

Victor Teboul
 

L'ombrage du support public des artistes
par DALTON le 24 mai 2012

M. Victor Teboul, je cautionne votre réplique à Mme. Sylvie L. Bergeron, présidente du Conseil de la culture de l'Estrie à l’effet qu’un commentaire, sur  les sites internet Facebook ou Twitter, est consulté que par ceux qui ont un intérêt particulier à la page de l’inscrit.

Quand on veut soutenir une cause qu’on prétend légitime et qu’on veut le faire publiquement et bien on fait comme, Michel Rivard, Paul Picher ….  on s’affiche publiquement et non sur une page d’un site internet d’inscrit.

Je proposerais à Mme. Sylvie L. Bergeron, qu’elle consulte la confrérie artistique pour une présence physique, cela publiquement, de la part de ceux qui supporteraient le présent conflit étudiant. En complément, la confrérie artistique comporte combien d’artistes signifiés officieux ?

 

Poster une réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Le Bloc-Notes de Victor Teboul

Victor Teboul est écrivain et le directeur-fondateur du magazine en ligne Tolerance.ca ®, fondé en 2002 afin de promouvoir un discours critique sur la tolérance et la diversité. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont des romans et des essais, et de nombreux... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Victor Teboul
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter