Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Baisse du déficit du compte courant du Canada

Le déficit du compte courant du Canada (en chiffres désaisonnalisés) a diminué de 2,0 milliards de dollars au quatrième trimestre pour atteindre 10,3 milliards de dollars, surtout sous l'effet d'une augmentation des exportations de biens.

Pour l'année 2011, le déficit du compte courant a diminué pour s'établir à 48,3 milliards de dollars, après avoir connu un sommet inégalé de 50,9 milliards de dollars l'année précédente.

Soldes du compte courant

Dans le compte capital et financier (en chiffres non désaisonnalisés), l'investissement étranger en titres d'emprunt d'administrations publiques canadiennes représentait la principale entrée de fonds dans l'économie canadienne. L'investissement étranger en titres canadiens a atteint 95,6 milliards de dollars en 2011.

Compte courant

Le commerce des biens affiche son excédent le plus élevé depuis le troisième trimestre de 2008

L'excédent au chapitre du commerce des biens a augmenté pour se chiffrer à 3,1 milliards de dollars au quatrième trimestre de 2011. Cet excédent, le plus élevé depuis le troisième trimestre de 2008, a été attribuable aux exportations accrues de produits énergétiques et de produits automobiles. Les exportations vers les États-Unis ont augmenté de 5,9 milliards de dollars, ce qui s'est traduit par un accroissement de 4,0 milliards de dollars de l'excédent au chapitre des biens avec ce pays.

Soldes des biens par zone géographique

Pour l'ensemble de l'année, la balance commerciale s'est soldée par un excédent de 1,4 milliard de dollars, et ce, après deux années consécutives de déficit.

Les exportations totales de biens ont augmenté de 6,7 milliards de dollars au quatrième trimestre pour s'établir à 121,5 milliards de dollars, soit le plus haut niveau depuis le troisième trimestre de 2008. L'augmentation de 4,1 milliards de dollars au chapitre des exportations de produits énergétiques a été le résultat d'une hausse des exportations de pétrole brut, surtout attribuable à des prix plus élevés. Les exportations de produits automobiles ont progressé de 1,9 milliard de dollars, la hausse étant entièrement attribuable à une augmentation des volumes d'automobiles. Les exportations de produits agricoles et de produits de la pêche ont augmenté pour un troisième trimestre d'affilée, grâce à des prix plus élevés.

Les importations de biens ont augmenté de 3,8 milliards de dollars pour se fixer à 118,3 milliards de dollars. Les produits énergétiques ont crû de 1,8 milliard de dollars, surtout en raison de l'accroissement des volumes de pétrole brut. Les importations de machines et de matériel se sont accrues de 1,3 milliard de dollars, en grande partie en raison d'une hausse des prix.

Légère progression du déficit au chapitre du commerce des services
Le déficit au chapitre du commerce des services a enregistré une légère hausse de 0,1 milliard de dollars pour s'établir à 6,2 milliards de dollars au quatrième trimestre. Cette augmentation est principalement attribuable à une baisse de l'excédent des services commerciaux et à un déficit plus élevé au chapitre des transports, prenant surtout la forme d'une diminution des recettes dans les deux comptes. Ce résultat a en partie été neutralisé par une réduction du déficit de 0,2 milliard de dollars dans les voyages, les Canadiens ayant réduit leurs dépenses durant leurs voyages à l'étranger, surtout vers les États-Unis.

Sur une base annuelle, le déficit de 24,6 milliards de dollars en 2011 au chapitre des services provient en grande partie de déficits plus élevés enregistrés dans les voyages et les transports.

Hausse du déficit des revenus de placements en raison des paiements plus élevés

Le déficit des revenus de placements transfrontaliers a crû de 0,6 milliard de dollars pour atteindre 6,0 milliards de dollars, les paiements ayant crû plus fortement que les recettes au quatrième trimestre. Les bénéfices réalisés sur l'investissement direct étranger au Canada ont augmenté de 1,1 milliard de dollars pour se fixer à 11,4 milliards de dollars, soit leur plus haut niveau depuis le deuxième trimestre de 2008. Cette situation est en grande partie attribuable aux bénéfices non versés accrus des sociétés affiliées canadiennes. En revanche, les bénéfices générés à l'étranger par les investisseurs directs canadiens ont légèrement diminué au cours du trimestre.

Sur une base annuelle, le déficit des revenus de placements a progressé de 4,6 milliards de dollars en 2011, surtout en raison de la croissance des bénéfices de l'investissement direct étranger au Canada par rapport à ceux de l'investissement direct canadien à l'étranger. Reflétant la hausse des avoirs des non-résidents sous forme de titres canadiens, les paiements sur les placements de portefeuille ont augmenté de 7 % en 2011, ce qui a mené à une quatrième augmentation consécutive du déficit du portefeuille des revenus de placements.

Compte capital et financier

Les investisseurs étrangers achètent des titres canadiens pour un 12e trimestre consécutif

Les non-résidents ont continué d'accroître leurs avoirs de titres canadiens, leur investissement s'étant élevé à 26,1 milliards de dollars au quatrième trimestre. Ce niveau d'activité était comparable à l'investissement trimestriel moyen observé depuis le premier trimestre de 2009. Plus de 80 % des achats pendant le trimestre étaient dirigés vers le marché canadien des titres d'emprunt, surtout sous forme d'instruments d'administrations publiques.

Investissements étrangers de portefeuille en titres d'emprunt canadiens

L'acquisition étrangère d'obligations canadiennes s'est chiffrée à 11,4 milliards de dollars, surtout en raison d'achats d'obligations des gouvernements fédéral et provinciaux sur le marché secondaire.

Cette activité a été modérée par les remboursements nets d'obligations provinciales et de sociétés privées. Les investissements étrangers en obligations canadiennes se sont élevés à 42,9 milliards de dollars en 2011, soit moins de la moitié des entrées de fonds de l'année précédente, le rythme des investissements en obligations d'administrations publiques et de sociétés ayant ralenti par rapport à 2009 et à 2010.

L'investissement des non-résidents dans le marché monétaire canadien a ralenti pour atteindre 9,8 milliards de dollars au quatrième trimestre, par rapport à une somme de 16,2 milliards de dollars enregistrée au troisième trimestre. Les opérations ont surtout pris la forme d'acquisitions de bons du Trésor fédéral. Les achats étrangers d'instruments canadiens à court terme ont augmenté au deuxième semestre de l'année pour atteindre un sommet de 32,0 milliards de dollars en 2011. L'écart entre les taux d'intérêt à long terme et à court terme au Canada s'est rétréci progressivement pendant l'année pour atteindre, à la fin de décembre, le plus faible niveau observé depuis août 2008.

L'investissement étranger en actions canadiennes s'est chiffré à 5,0 milliards de dollars au quatrième trimestre. La plus grande partie de cette activité a eu lieu pendant les deux derniers mois de l'année lorsque les prix des actions canadiennes étaient à la baisse. Les cours des actions canadiennes ont diminué de 11 % pendant l'année. En 2011, les investisseurs non résidents ont ajouté pour 20,7 milliards de dollars d'actions de portefeuille canadiennes à leurs avoirs, surtout par l'entremise d'opérations sur le marché secondaire.

Les Canadiens investissent dans les obligations étrangères pour la première fois en 2011

Les Canadiens ont acheté pour 7,8 milliards de dollars de titres étrangers au quatrième trimestre, soit la plus importante sortie trimestrielle de fonds de l'année. Les investissements ont surtout touché les obligations et les actions étrangères, les avoirs en instruments du marché monétaire étranger ayant diminué de nouveau pendant le trimestre.

Investissements canadiens de portefeuille à l'étranger1

L'investissement canadien de 5,0 milliards de dollars en obligations étrangères pendant le trimestre, le plus élevé enregistré depuis le deuxième trimestre de 2007, était principalement composé d'émissions du gouvernement américain et de sociétés américaines.

Ces sorties de fonds ont été modérées par un désinvestissement canadien de 1,2 milliard de dollars en instruments du marché monétaire étranger, en grande partie des effets américains. Malgré un investissement plus élevé au quatrième trimestre, les Canadiens se sont départis d'obligations étrangères de leurs portefeuilles pour une quatrième année d'affilée en 2011.

L'investissement canadien en actions étrangères a ralenti de nouveau, mais est demeuré relativement élevé, s'établissant à 4,0 milliards de dollars. Pour la première fois en 2011, les acquisitions des investisseurs ont surtout ciblé les actions étrangères autres qu'américaines. Les cours des actions aux États-Unis ont augmenté de 11 % pendant le trimestre alors que les autres principaux marchés boursiers étrangers ont également enregistré des hausses, mais à un rythme moindre. Pour l'année, les achats d'actions étrangères ont atteint 25,5 milliards de dollars, presque le double du montant enregistré en 2010.

Les investissements directs au Canada et à l'étranger diminuent

Les investissements directs étrangers au Canada ont ralenti pour s'établir à 3,4 milliards de dollars au quatrième trimestre. Les entrées de fonds pendant le trimestre provenaient surtout d'investisseurs directs européens, principalement sous forme de fusions et d'acquisitions. Cette activité a été neutralisée en partie par un rare rapatriement de fonds de l'économie canadienne effectué par les investisseurs directs des États-Unis. Les investissements directs étrangers au Canada ont augmenté pour se fixer à 40,3 milliards de dollars en 2011, la majeure partie de l'activité ayant eu lieu au premier semestre de l'année.

Les investissements directs canadiens à l'étranger ont totalisé 13,1 milliards de dollars au quatrième trimestre, en baisse par rapport aux 17,1 milliards de dollars observés le trimestre précédent. Ces sorties de fonds provenaient en grande partie du secteur de la finance ainsi que de celui de l'énergie et des minéraux métalliques.

L'investissement pour l'ensemble de l'année a crû de 5,5 milliards de dollars pour s'établir à 45,2 milliards de dollars, en dépit du plus faible niveau de fusions et d'acquisitions transfrontalières enregistré en cinq ans. Le secteur de la finance était principalement à l'origine de l'investissement direct à l'étranger en 2011.

© Statistique Canada -


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter