Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Les naïvetés du jeune Justin

par
Ph.D., Université de Montréal, Directeur, Tolerance.ca®

Justin Trudeau s’est encore une fois mis les pieds dans le plat, lors d’une émission radiophonique cette fois-ci, en affirmant dimanche 12 février 2012, que si le Canada, sous le gouvernement conservateur, s’en allait «trop vers la droite», peut-être qu’il songerait «à vouloir faire du Québec un pays».  «Oh oui! Absolument, a-t-il renchéri, si je ne reconnais plus le Canada, moi, mes valeurs, je les connais très bien», a-t-il affirmé.

S’adressant à un auditoire francophone, le député libéral de la circonscription de Papineau, à la Chambre des communes du Canada, a évidemment profité pour le caresser dans le sens du poil. Lorsque le Québec n’est pas impliqué dans la gouvernance du pays, celui-ci s’oriente vers la droite. C’est qu’au Québec, nous aurions une tendance à être socialement responsables et ouverts aux autres, une fierté québécoise qui serait nécessaire pour le Canada, a-t-il expliqué.

On est en droit de se demander si monsieur Trudeau junior n’est pas déphasé alors que deux nouveaux partis de droite viennent de naître au Québec et que l’un d’eux arrive premier dans les sondages… 

Mais voilà que Justin Trudeau retire ses propos incriminants sur la séparation du Québec et qu’il s’enflamme devant les journalistes, 48 heures plus tard, en réaffirmant, haut et fort, son allégeance fédéraliste. Comment peut-on douter de son amour pour le Canada alors qu’il «vit ce pays dans ses os » s’est-il demandé en anglais devant les micros. La question n’est pas de savoir si Justin Trudeau soudainement n’aime plus ce pays, a-t-il expliqué en parlant de lui-même à la troisième personne, parce que «la question est ridicule. J’aime ce pays et nous savons que j’aime le Canada».

Alors que certains membres du Bloc Québécois, formation qui siège au Parlement fédéral canadien et réclame la sécession du Québec (on n’en est pas à une contradiction près au Canada), se sont réjouis de cette incartade du descendant de l’auguste ancien premier ministre fédéral – ils se sont même dit prêts à l’accueillir dans leurs rangs (naïvetés pour naïvetés…) -, ses adversaires conservateurs n’ont évidemment pas manqué de le railler copieusement.

Rappelons que le jeune Justin n’est pas à une naïveté près : n’a-t-il pas déjà déclaré péremptoirement, qu’il n’était pas à l’aise avec l’expression «crimes d’honneur » parce que, précisait-il, cela était «péjoratif» ?  On connaît, depuis, l’aboutissement qu’a eu l’affaire Shafia.

Il faut en savoir gré aux commentateurs des journaux anglophones du Canada d’avoir servi les semonces les plus dures à l’endroit du jeune Trudeau.

Par ces déclarations, Justin Trudeau révèle son manque de maturité politique et son côté narcissique, de commenter les analystes politiques interviewés par le Ottawa Citizen. On a pu ainsi prendre la mesure de l’aspect superficiel de son statut dans le firmament de la profondeur de la pensée libérale, a déclaré ironiquement le professeur Barry Cooper de l’Université de Calgary.

J’aurais attribué les commentaires de Trudeau à un adolescent, a déclaré, pour sa part, le philosophe politique Tom Darby au même journal. Cela est irresponsable, faux et dénote même un manque de loyauté. Il a bien raison de déclarer que, contrairement à son père, il n’est pas un intellectuel ; ses commentaires immatures le démontrent bien, a ajouté le professeur. 

Certains s électeurs, toutefois, qui rêvent sans doute d’une dynastie Trudeau, semblent le placer parmi les favoris dans la campagne au leadership du Parti libéral du Canada. Selon le dernier sondage, il aurait reçu les faveurs de 26 % des répondants, ce qui le placerait au deuxième rang, suivant de près M. Bob Rae, le leader intérimaire du PLC.

Serait-il intéressé à diriger le Parti libéral du Canada ? «Pas cette fois-ci», aurait-il déclaré publiquement, selon une journaliste du National Post qui qualifie le jeune Trudeau de «charismatique»… 

15 février 2012
 



Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 2 réactions.

Poster une réaction
Et puis après?
par Louis Balthazar le 20 février 2012

Much ado about nothing!

Il est curieux de constater que si un Albertain avait fait la même déclaration devant un gouvernement libéral plus à gauche, comme cela s'est fait souvent, le Professerur Cooper aurait trouvé cela normal.

Notons encore que même le parti de la CAQ, plutôt à droite, si situe encore bien à gauche du parti de M. Harper.

Enfin, les Québécois expriment souvent leurs tentations sécessionnistes. Même Pierre Trudeau l'a fait jadis. Justin est bien Québécois en le faisant sans doute pour provoquer, comme son père savait si bien le faire.

Le Québec est plein de fédéralistes désenchantés ou fatigués qui s'amusent, à l'occasiton à rêver de souveraineté.

Trudeau a 40 ans...
par Daniaile le 1 mars 2012

Ce n est plus un jeunot...un adulescent peut-etre mais nommez-moi un  seul autre poli-ptit-cien qui ose déroger a la ligne de parti. Depuis que le peuple canadien a été trahi par Michaelle Jean qui a fermé la porte au nez de la coalition centre-gauche (Dion-Duceppe-Layton) l ouvrant toute grande a la droite pure (eugénisme et cie) et dure. Qui se souvient de ce député entré en politique suite au meurtre de son fils  qui (voyant la montée de l extreme-droite conservatrice) avait choisi de devenir indépendant (quelques semaines avant de mourir) bloquant ainsi l un des nombreux projet de lois dévasta-conservateurs...Il avait bien plus de courage que le sénateur Boisvenu. Le courage oui c est bien la qualité dont Justin Trudeau fait la démonstration . Et je le répete qui d autre ose...

Poster une réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

Le Bloc-Notes de Victor Teboul

Victor Teboul est écrivain et le directeur-fondateur du magazine en ligne Tolerance.ca ®, fondé en 2002 afin de promouvoir un discours critique sur la tolérance et la diversité. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont des romans et des essais, et de nombreux... (Lire la suite)

Lisez les autres articles de Victor Teboul
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter