Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Une année chez les Français

Tout au long des 304 pages, Fouad Laroui  repeint l’univers  dans lequel un jeune Marocain de dix ans a vécu pendant une année. Mehdi a côtoyé tous les lieux de l’internat au lycée Lyautey  à Casablanca. Le réfectoire, le dortoir, la cour, la loge du concierge, la salle de théâtre  et la salle d’étude meublent cet espace qui a forgé son «  intelligence  précoce ».

Mehdi, provenant d’un milieu presque rural, Béni Mellal, affichait dès les premiers jours son « don » . C’est grâce à cette prédisposition qu’il a été  sélectionné  pour  aller suivre  ses études à la Mission Française. Mehdi n’a rien anticipé. Son premier long voyage du moyen Atlas à l’océan Atlantique, enquête d’une  nouvelle expérience  pleine de promesses, lui avait permis de faire connaissance d’une  partie d’un  Maroc fraîchement «  décolonisé ».

Les premiers jours en internat  provoquaient en lui une nostalgie de la simplicité du rythme de vie qu’il menait chez sa famille. L’intégration d’un  statut canalisé  n’était  pas facile pour lui.  Et c’est grâce à ce qu’il  a accumulé en langue française par le biais de la lecture qu’il  a pu s’imposer.

C’est au lycée Lyautey qu’il s’est rendu compte qu’il représente, lui issu d’un milieu modeste, un cas  exceptionnel .  Seuls les élèves appartenant à une classe aisée ou fils et filles de coopérants ont la chance de poursuivre leurs études dans ce prestigieux établissement.

Pour lui, ce décalage social ne signifie rien par rapport à la différence de capacité d’apprentissage qui ne cesse de se creuser. Au contraire, le monde de l’internat lui a favorisé l’ouverture d’une brèche sur le mode de vie des familles françaises au Maroc. C’est donc grâce à son ami Denis, fils de M. Berger, qu’il a découvert un milieu dont les us et les pratiques ne ressemblent en rien à ce qu’on lui a inculqué dans sa famille.

Un weekend chez les Français était une occasion d’approcher les normes d’une culture régie par une certaine liberté caractérisée par la tolérance et le questionnement sur soi-même et autrui. C’est également  dans ce milieu occidental qu’il subissait les représentations sur « la mentalité marocaine ». Le fait qu’on l’appelle par des surnoms en est l’illustration. Seules sa passion de la lecture et sa progression dans l’acquisition du savoir traquaient ces préjugés.

Fouad Laroui a réussi non seulement à contextualiser le cadre historique dans lequel il a inventé ces événements, mais aussi à  faire dialoguer deux registres. L’un est représenté par Mehdi, sujet d’une éducation conduite par sa mère. Le religieux, l’invisible et le contraste générateur de la violence, sont les dessous d’une  éducation sociale, mêlée à celle de sa mère. L’autre est d’ordre « civilisationel »  pariant sur le savoir pour un savoir devenir. La motivation, le mérite , le développement de la personnalité par le biais des activités parallèles telles que le théâtre, l’ordre, la rigueur de l’établissement, le choix et la liberté dans le social, forment le socle d’une nouvelle éducation que Mehdi devait intégrer.

Ce roman autobiographique est à mon avis, le fruit d’une culture que Fouad Laroui a récoltée à l’aide de la formation que la Mission Française lui a donnée.  Il s’en est bien servi. La richesse de son français avec lequel il a piloté ses personnages en témoignent.

Fouad Laroui, Une année chez les Français, roman, Julliard, 2010.

21 janvier 2012
 



Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Chronique
Cet article fait partie de

La Chronique d'Abdelmajid BAROUDI
par Abdelmajid BAROUDI

Collaborateur résidant au Maroc.

Lisez les autres articles de Abdelmajid BAROUDI
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter