Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.
RECHERCHER: 
Chargement
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.
Observatoire des droits humains
Recevez gratuitement notre Newsletter !

Éthique et conseils municipaux : un cas d’espèce

par
écrivaine et historienne

Le pouvoir monte à la tête, c’est bien connu. Si les manquements à l’éthique ne sont pas nécessairement flagrants, ils sont toujours dommageables : Saint-Bruno-de-Montarville, jolie banlieue de la Montérégie, est en train d’en faire l’expérience. La quasi-totalité de l’équipe municipale s’est portée à la défense du propriétaire d’un terrain où devrait avoir lieu un projet de développement immobilier nommé La Futaie. Les citoyens en colère, eux, n’ont pas eu droit à la même considération, même si un territoire très riche en biodiversité est au cœur de la controverse.

En 2005, la Ville a vendu le Boisé des Hirondelles, zoné résidentiel depuis 1963, comme nous l’apprend le maire Claude Benjamin dans un Message distribué dans tous les foyers, le 7 octobre dernier. La municipalité n’a d’autre choix, se justifie-t-il, que de « respecter les droits d’un propriétaire de terrain, dans le cadre législatif et réglementaire qui s’applique au développement desdits terrains ». Si je comprends bien, législation et règlements sont immuables?

Non seulement les membres de l’administration municipale n’ont pas eu la décence de se questionner – en public, du moins – sur ce gaspillage d’un milieu naturel, mais quand des citoyens s’en sont indignés, le débat a été ramené à des « personnalités ». L’opposition de ce groupe était réduite, comme l’a écrit le maire, à une illustration « on ne peut plus convaincante du syndrome du pas dans ma cour». Ces citoyens n’étaient motivés que par l’égocentrisme. Ne refusaient-ils pas à autrui ce qu’ils détenaient, c’est à dire une belle demeure dans un chic secteur?

Je ne connais pas une seule des personnes faisant partie du groupe de citoyens qui veut secouer notre apathie collective. Je n’habite pas, non plus, le secteur concerné, ni même les alentours immédiats. Les pépines, je ne les entendrai pas. Pour la promenade, je pourrai toujours me consoler avec le Parc du Mont-Saint-Bruno. Pour tout dire, la destruction de cette parcelle de forêt n’aura aucun impact immédiat sur ma vie. Encore mieux : l’ajout d’une trentaine de maisons dans le parc immobilier de ma municipalité signifiera peut-être un accroisement plus lent (je n’ose rêver à une stagnation, encore moins à une diminution) des taxes foncières. Je devrais donc me réjouir!

Or, c’est tout le contraire. Je me suis sentie personnellement insultée par cette attitude cavalière du parti municipal pour lequel j’ai voté. Il est trop facile, en guise de réponse à une controverse, de ridiculiser ses porte-voix, comme de faire dériver la discussion vers l’accessoire. Les élus municipaux de l’équipe du maire Benjamin, de même que ce dernier, semblent avoir oublié un fait capital : ce sont eux qui ont le pouvoir. Dans ces conditions, ils sont astreints à des normes comportementales strictes. Tout manquement à ce devoir, y compris un manque d’objectivité, est un problème d’éthique. Quelle que soit la nature du dossier, des citoyens ont le droit de demander des comptes à leurs élus, qui doivent s’en tenir aux faits pour leur répondre. J’irais encore plus loin : le propriétaire-promoteur ne manque manifestement pas de ressources pour s’occuper de ses affaires. La situation est tout autre pour les citoyens qui dénonçent la destruction du boisé. Dans ce contexte, les élus municipaux ont l’obligation de leur prêter une oreille plus qu’attentive.

Ceux et celles qui militent pour la conservation de cette forêt font partie de l’ensemble d’une communauté que le conseil de ville est censé représenter. Ils ont droit à autant de respect que le propriétaire du terrain. Peut-être n’ont-ils pas enfilé de gants blancs; peut-être que ceux et celles qui leur faisaient face, installés en arc de cercle derrière leurs pupitres hissés sur une estrade, se sont-ils sentis acculés au pied du mur. Mais pour se faire entendre, des contestataires ont-ils le choix de gueuler?

À mon avis, le Boisé des Hirondelles aurait dû demeurer patrimoine collectif; je suis persuadée que la plupart des Montarvillois auraient été d’accord avec ce geste civique, malgré le manque à gagner en hypothétiques taxes foncières. Les membres de l’administration municipale auraient dû se poser de sérieuses questions avant même d’offrir cette parcelle de forêt à la vente. Le tollé public entourant la destruction d’un autre boisé pour la construction de maisons gigantesques, dans les environs de la rue Taillandier, aurait dû mettre la puce à l’oreille des élus municipaux et des fonctionnaires. Le Boisé est situé dans une région qui en manque cruellement; dans une région qui a été déboisée, cultivée, exploitée sans relâche. La transaction méritait une sérieuse réflexion, n’est-ce pas?

À quand un objecteur de conscience dans nos municipalités pour souligner les infractions à l’éthique, et surtout les plus insidieuses, les plus ancrées dans de vieilles mentalités?

29 novembre 2011

Réactualisé le 5 janvier 2013 suite à la diffusion de cette vidéo: http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=FgGbhzzlYtg

Pour en savoir davantage:

La Presse – blogue de Patrick Lagacé

La Press Follow up

La Presse - Francois Cardinal
98.5FM – Michèle Archambault en entrevue avec Jean Pagé
http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=158903

 

Huffington Post QC
http://quebec.huffingtonpost.ca/2013/01/03/saint-bruno-de-montarville-a-quoi-sert-la-police-aux-assemblees-municipales_n_2404302.html
 

TVA - reportage 1

TVA reportage 2

http://tvanouvelles.ca/video/2073528538001/la-police-au-service-du-maire-de-saint-bruno-reportage/
Radio-Canada Rive-Sud
http://blogues.radio-canada.ca/rive-sud/2013/01/04/presence-policiere-saint-bruno/



Réagissez à cet article !
Il y a actuellement 2 réactions.

Poster une réaction
Nous nous sommes tous laissés prendre
par Michel Desgagné le 3 janvier 2012

J'ai voté pour ce parti municipal en 2005, croyant en toute bonne foi que ces personnalités étaient sincères. Je suis même alléjusqu' à formuler un projet, Pôle montagne, qui réunisse les trois villes qui occupent les versants de notre montagne, Ste-Julie, St-Basile, St-Bruno. Je croyais qu'il était possible de déployer une éthique citoyenne qui se conjugue avec la sauvegarde de la biodiversité, non seulement à l'intérieur des limites du Parc national mais sur sa périphérie. Si l'accueil de Ste-Julie et de St-Basile fut chaleureux et ouvert, il en fut tout autrement à St-Bruno. J'ai compris qu'ici les citoyens ne sont que de la chair à scrutin et qu'aux yeux des élus, la démocratie se réduit à faire sortir le vote une fois tous les quatre ans. Ce détournement de sens m'a scandalisé. Encore aujourd'hui lorsque j'assiste aux séances mensuelles du conseil de ville, je reste sans voix devant la présence de deux policiers en arme durant les travaux du conseil. Mon sang bouille, un goût de révolte sourd dans ma bouche. L'arrogance, l'outrecuidance, l'impudence de cette Administration dépasse les limites du tolérable. Vivement 2013.

Bravo !
par Jennifer Brown le 24 janvier 2012

Bravo,Mme.Sicotte! Bravo, Monsieur Desgagné !

Vous avez exprimé avec une éloquence que je ne possède pas ce que je ressens.

Je vous en remercie vivement.

Poster une réaction
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.

© 2014 Tolerance.ca® Inc. Tous droits de reproduction réservés.

Toutes les informations reproduites sur le site de www.tolerance.ca (articles, images, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Tolerance.ca® Inc. ou, dans certains cas, par leurs auteurs. Aucune de ces informations ne peut être reproduite pour un usage autre que personnel. Toute modification, reproduction à large diffusion, traduction, vente, exploitation commerciale ou réutilisation du contenu du site sans l'autorisation préalable écrite de Tolerance.ca® Inc. est strictement interdite. Pour information : info@tolerance.ca

Tolerance.ca® Inc. n'est pas responsable des liens externes ni des contenus des annonces publicitaires paraissant sur Tolerance.ca®. Les annonces publicitaires peuvent utiliser des données relatives à votre navigation sur notre site, afin de vous proposer des annonces de produits ou services adaptées à vos centres d'intérêts.





© Droits réservés. Tolerance.ca® Inc.