Tolerance.ca
Regard sur nous et ouverture sur le monde
Indépendant et neutre par rapport à toute orientation politique ou religieuse, Tolerance.ca® vise à promouvoir les grands principes démocratiques sur lesquels repose la tolérance.

Canada. Les travailleurs autochtones les plus touchés par le recul de l'emploi

Durant le ralentissement économique amorcé en 2008, le recul de l'emploi a touché davantage et plus longtemps les travailleurs autochtones que les travailleurs non autochtones, et ce, pour tous les groupes d'âge.

Ainsi, chez les travailleurs autochtones du principal groupe d'âge actif (25 à 54 ans), l'emploi a baissé de 2,8 % (-7 300) en 2009 et de 4,9 % (-12 400) en 2010.

En revanche, chez les travailleurs non autochtones du principal groupe d'âge actif, l'emploi a diminué de 1,7 % (-198 000) en 2009 pour rebondir de 0,8 % (+93 000) en 2010.

Le recul de l'emploi chez les travailleurs autochtones du principal groupe d'âge actif est entièrement survenu dans l'emploi à temps plein au cours des deux années. Chez leurs homologues non autochtones, toutes les pertes observées en 2009 sont survenues dans le travail à temps plein, tandis que la croissance enregistrée en 2010 s'est répartie entre le travail à temps plein et le travail à temps partiel.

À mesure que le niveau d'emploi diminuait chez les Autochtones, l'écart entre les deux populations s'est élargi au chapitre du taux d'activité (le pourcentage des personnes occupées ou cherchant activement un emploi), du taux d'emploi et du taux de chômage.

En 2010, le taux d'activité des travailleurs autochtones du principal groupe d'âge actif était de 75,0 %, comparativement à 86,7 % pour les travailleurs non autochtones. L'écart de 11,7 points de pourcentage a été le plus marqué entre ces deux groupes pendant la période de quatre ans pour laquelle des données comparables sont disponibles.

Chez les Autochtones du principal groupe d'âge actif, les hommes se sont moins bien tirés d'affaire que les femmes durant cette période. Le taux d'activité des hommes autochtones a diminué de 4,5 points pour s'établir à 80,4 %, alors que celui des femmes autochtones a baissé de 1,2 point pour de fixer à 70,0 %.

À l'échelon provincial, le taux d'emploi (le pourcentage des personnes occupées) des travailleurs autochtones du principal groupe d'âge actif a le plus fortement reculé au Québec, en Colombie-Britannique, en Ontario et en Alberta pendant la période de deux ans. Les plus faibles taux d'emploi chez les travailleurs autochtones du principal groupe d'âge actif ont été observés au Québec (61,1 %) et en Colombie-Britannique (62,7 %).

Dans le secteur de la fabrication, le recul de l'emploi attribuable au ralentissement économique a touché tant les Autochtones que les non-Autochtones. Entre 2008 et 2010, cette industrie a enregistré la plus forte baisse d'emploi pour les deux groupes.

Chez les travailleurs autochtones du principal groupe d'âge actif, les pertes d'emploi ont touché principalement les professions des métiers, du transport et de la machinerie, celles de la vente et des services, les professions propres à la transformation, à la fabrication et aux services d'utilité publique ainsi que la gestion.

Pour les Autochtones comme pour les non-Autochtones, l'emploi a diminué dans le secteur privé chez les employés et les travailleurs autonomes. Par rapport à 2008, les Autochtones étaient plus nombreux en 2010 à occuper plus d'un emploi, et leur proportion était plus forte dans les emplois temporaires que pour les non-Autochtones. Les deux groupes, toutefois, ont travaillé moins d'heures durant cette période.

Les jeunes de 15 à 24 ans ont été particulièrement touchés par le ralentissement économique. Le taux d'activité a reculé tant chez les jeunes autochtones que chez les jeunes non autochtones de 2008 à 2010, mais il a diminué davantage chez les jeunes autochtones.

Entre 2008 et 2010, le taux d'activité des jeunes autochtones s'est replié de 5,0 points pour s'établir à 57,0 %. Chez les jeunes non autochtones, il a diminué de 2,9 points pour se fixer à 64,8 %.

Les plus fortes baisses du taux d'activité chez les jeunes autochtones ont été observées au Québec, au Manitoba et en Alberta. Toutefois, s'ils étaient moins actifs sur le marché du travail, les jeunes autochtones étaient plus nombreux à fréquenter les établissements d'enseignement. L'Ontario, le Québec et l'Alberta ont enregistré les plus fortes hausses du taux de fréquentation scolaire.

Le taux d'activité a également diminué chez les travailleurs autochtones plus âgés (55 ans et plus). En 2010, leur taux était de 34,6 %, soit 1,4 point de moins qu'en 2008. En revanche, le taux des travailleurs non autochtones plus âgés a augmenté de 1,7 point pour s'établir à 36,0 %.

Chez les Autochtones plus âgés, la baisse du taux d'activité s'est concentrée chez les membres des Premières Nations vivant hors réserve.

© Statistique Canada -


Réagissez à cet article !
Pour écrire votre réaction, nous vous encourageons à devenir membre de Tolerance.ca® ou de vous identifier si vous êtes déjà membre. Vous pouvez poster une réaction sans devenir membre, mais vous devrez compléter vos informations personnelles pour chaque réaction.

Devenir membre (gratuit)   |   S'identifier

L'envoi de votre réaction est soumis aux règlements et conditions de Tolerance.ca®. Vous devez lire Les règlements et conditions de Tolerance.ca® et les accepter en cochant la case ci-dessous avant de pouvoir soumettre votre message.
Votre nom :
Courriel :
Titre :
Message :
 
  J'ai lu et accepté les règlements et conditions de Tolerance.ca®.
Suivez-nous sur ...
Facebook Twitter